Le président ivoirien, Alassane Ouattara, qui doit faire face à des frondeurs au sein de son propre camp, vise "une forte majorité au parlement" aux législatives du 18 décembre, dont la campagne a débuté ce samedi, 10 décembre.

Le chef de file de l'opposition ghanéenne, Nana Akufo-Addo, a remporté l'élection présidentielle contre le président sortant, John Dramani Mahama, avec 53% des voix, a annoncé, vendredi, 9 décembre, soir, la Commission électorale du Ghana.

Huit jours après avoir reconnu, contre toute attente, sa défaite électorale face au candidat de l'opposition, Adama Barrow, le président gambien, Yahya Jammeh, a, de nouveau, créé la surprise en rejetant les résultats du scrutin et réclamant un nouveau vote.

Le Mouvement des Progressistes (MdP), parti politique créé et présidé par Robert Hue, ne comprend pas pourquoi Jean-Christophe Cambadélis appelle de toutes ses forces, Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) et Emmanuel Macron (En Marche), à participer à l'épreuve des primaires du parti socialiste, alors qu'au même moment, il ferme la porte aux autres partis et mouvements de gauche et d'extrême-gauche.

Le candidat de l'opposition à la présidentielle ghanéenne, Nana Akufo-Addo, qui s'est déclaré confiant dans sa victoire, creusait, vendredi, 9 décembre, son avance selon plusieurs médias locaux, en attendant la confirmation par la commission électorale.

Equiper et moderniser, réduire les effectifs inadaptés hérités de la crise politico-militaire : la Côte d'Ivoire veut des forces armées capables de défendre son territoire contre des groupes rebelles ou extrémistes comme d'assurer le maintien de l'ordre.

Bientôt, la fin de l'école gratuite au Maroc ? L'évocation de la mise en place de frais d'inscriptions pour les élèves les plus aisés de l'école publique suscite une tempête de réactions dans le pays, où le système éducatif est à bout de souffle. Le roi, Mohammed VI, va-t-il accepter que l'école de ses sujets devienne payante ?

Ca ne badine plus dans les pays émergents. Pour parvenir au stade de pays industrialisés, comme ceux du G 7 (Etats-Unis, Allemagne, Japon, France, Grande Bretagne, Italie et Canada), ils doivent effectuer de profondes réformes de gouvernance, et passer à la case « sacrifices », quand c'est nécessaire. Hier, c'était la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, qui a payé son laxisme, dans les affaires pétrolières, par une destitution devenue mémorable. Aujourd'hui, c'est à la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye de payer ses faiblesses à l'endroit d'une amie, en quittant, tout simplement, son poste.

Le président angolais, José Eduardo dos Santos, va confirmer, samedi, 10 décembre, son départ du pouvoir, après trente-sept ans de présidence de la République, et introniser son très probable successeur, qui ne devrait pas bouleverser la marche d'un pays en pleine crise économique.

Le président chinois, Xi Jinping, a invité son homologue gabonais, Bongo Ondimba Ali (BOA), à effectuer une visite d'Etat, en Chine, pour éviter une banqueroute générale de son pays. Ce serait très fâcheux pour le Gabon, même si, à Pékin, on n'oublie pas que le chef de l'Etat gabonais s'était comporté de façon très inamicale à l'endroit de la Chine, au lendemain de son arrivée au pouvoir, en 2009, en annulant une série de contrats que le Gabon avait signés.

Les plus populaires