Quinze jeunes chercheuses exceptionnelles, sélectionnées parmi plus de 250 candidates dans le cadre de la 19e édition du Prix L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science, vont recevoir la bourse des Jeunes talents prometteurs internationaux. Deux Africaines font partie des 15 heureuses élues.

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, rentré vendredi, 10 mars, dans son pays, après 51 jours d'absence, a, officiellement, repris ses fonctions à la présidence, ce lundi, 13 mars, selon un communiqué officiel.

Pourquoi le philosophe français, Jean-Paul Sartre, a-t-il accepté d’introduire le livre de Fanon ? D’abord, parce qu’il apprécie la plume de Fanon ; ensuite, parce qu’il voudrait faire comprendre à ses compatriotes que la politique coloniale française a échoué, que le Nègre s’est mis debout et que la violence qu’il a subie injustement se retournera tôt ou tard contre l’oppresseur. 

Le "dialogue politique" pouvoir-opposition, voulu par le président du Gabon, Bongo Ondimba Ali, s'ouvrira le 28 mars. Il espère que sortiront, à cette occasion, des propositions qui permettront au pays de repartir d'un bon pied.

Le président de l'Assemblée nationale du Burkina Faso, Salifou Diallo, 60 ans, a été élu, dimanche, 12 mars, à la tête du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti du chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré.

Le candidat du Mouvement, En Marche, est en train d'engranger toutes sortes de soutiens. Candidat ni de gauche ni de droite, il ne refuse, aucunement, les candidats venant de ces deux familles politiques. A condition qu'on soit proche de ses idées. Ancien patron du parti communiste, Robert Hue, qui a fondé son propre mouvement politique, le Mouvement des progressistes (MdP), soutien de François Hollande, à la présidentielle de 2012, va apporter, en avril et mai, son appui politique à Emmanuel Macron. Il s'en est ouvert dans une lettre qu'il nous a fait parvenir, hier, et que nous publions intégralement.

Le chef de l'Etat du Togo, Faure Gnassingbé, a décidé, avec les autorités israéliennes d'organiser, à Lomé, en octobre, le premier Sommet Israël-Afrique, pour relancer les relations entre les deux parties. Cet important Sommet dont la densité est, facilement, imaginable, mobilise à plein temps la diplomatie togolaise. C'est dans ce cadre que le professeur, Robert Dussey, vient d'effectuer une visite en Zambie, qui lui a permis de rencontrer le chef de l'Etat de ce pays, Edgar Lungu. Ce dernier a profité de l'occasion pour confirmer sa participation à cette grand-messe qui s'annonce grandiose.

Le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique, qui travaille depuis 2009 sur les processus électoraux en Afrique et sur la politique française en Afrique, a proposé à 11 candidat-e-s de la présidentielle française de 2017 d'informer les électeur-trice-s sur les grandes directions de leur programme concernant l'Afrique, en répondant à un questionnaire.
A la date limite du 9 mars 2017, six candidats ont répondu à ce questionnaire, dans l'ordre de réception, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Marine Le Pen, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuel Macron.
Afriqueeducation.com a choisi, (arbitrairement?), de ne publier que les réponses à trois questions (alternance, sincérité électorale et souveraineté monétaire) de quatre candidats : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.
Pour rappel, le premier tour de la présidentielle se déroulera le 23 avril et le deuxième tour, le 7 mai.

Le président, Muhammadu Buhari, est rentré au Nigeria, ce vendredi, 10 mars, matin, après un "congé médical" de près de deux mois, à Londres. Amaigri, il était, néanmoins, souriant en annonçant urbi et orbi que sa convalescence allait se poursuivre même s'il compte reprendre, progressivement, ses activités.

C'est comme l'histoire de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine. C'est selon. On attendait une douzaine de ministres pour le lancement de ce « Fonds bleu » dont le président du Congo, Denis Sassou Nguesso, avait suggéré la création, lors de la COP 22, à Marrakech, au Maroc. Mais, au final, bien que membres, près de la moitié n'est pas venue à cette cérémonie de lancement qui s'est déroulée, à Oyo, la ville natale du dictateur. En réalité, le « Fonds bleu » ne serait pas venu de nulle part : le Franco-Marocain, Richard Attias, en tirerait les ficelles.

Les plus populaires