Le candidat de La France insoumise propose de doubler le budget de l'enseignement supérieur durant son quinquennat et d'allouer une «allocation d'autonomie de 800 euros par mois» aux étudiants. Dans les facs, on jubile à l'idée que l'université française devienne, totalement, gratuite. Et ce dès la rentrée 2017.

Le pouvoir du président, Patrice Talon, ouvre un nouveau chantier dans le domaine culturel : il s'agit de la restitution des biens culturels béninois, actuellement, logés dans des musées et autres lieux culturels en France. Le processus en est, pratiquement, à ses débuts mais bel et bien lancé.

Après des mois de récession et de nombreuses critiques sur la gestion du pays, le gouvernement nigérian s'engage dans une nouvelle politique économique et espère atteindre 7% de croissance d'ici 2020 : un programme que les économistes jugent très ambitieux.

Le Burkina Faso, touché, récemment, par plusieurs attaques djihadistes, dans le Nord, de son territoire, a interdit la circulation nocturne de tout véhicule sur la bande frontalière avec le Mali, a annoncé le gouverneur de la zone, le colonel, Hyacinthe Yoda.

Après le succès de ses mobilisations, le Front Anti- F CFA, processus initié par l'ONG Urgences Panafricanistes, lance une journée internationale "100% Made in Africa", destinée à valoriser les produits et services d'entreprises africaines. Ce sera le 2 avril.

La filière française du commerce équitable s'inquiète de la forte chute des cours mondiaux du cacao pour l'avenir des petits producteurs, et des risques de grave tension sociale en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial.

Khartoum a exprimé, ce mardi, 7 mars, "son mécontentement" après la signature par le président américain, Donald Trump, de la nouvelle version du décret interdisant pendant 90 jours, l'entrée des Etats-Unis aux ressortissants de six pays musulmans, dont le Soudan.

Qu'on ne l'oublie jamais : Afrique Education est un magazine qui ne se soucie guère des qu'en dira-t-on ; c'est un magazine qui combat, âprement, la pensée unique ; c'est un magazine qui donne une autre lecture de l'actualité ; c'est un magazine qui œuvre pour une Afrique digne et respectée.

Général 5 étoiles, Denis Sassou Nguesso sait faire autre chose : couler le sang des Congolais. Malheureusement, il ne sait pas faire ce pourquoi il est à la tête du Congo : gérer. En l'espace de quatre ans, il a acheté des armes pour près de 10.000 milliards de F CFA. Pour quoi faire ? Le Congo-Brazzaville est en guerre contre qui ? Même Boko Haram ne s'intéresse pas à ce pays, pas plus que les Séléka. La mauvaise gestion du dictateur ne s'est pas arrêtée dans des achats d'armes sans objet. Se substituant aux bailleurs de fonds, il a arrosé à tour de bras en Afrique de l'Ouest, pour s'acheter les faveurs des chefs d'Etat, démocratiquement, élus dont la mission était de faire « plier » le pouvoir français, hostile au dictateur. Bref, ces cinq dernières années, le dictateur (sans rendre des comptes à personne) a dilapidé, sans compter, l'argent du pays. Aujourd'hui, toute honte bue, il frappe à la porte du FMI, prêt à s'agenouiller devant sa patronne, Christine Lagarde, pour avoir quelques miettes. Un piètre gestionnaire ce Sassou-Nguesso ! Il mériterait le Prix Nobel de la bêtise financière. Ses compatriotes ne le savent que trop bien.

Au moins, huit personnes ont été tuées et 28 blessées, ce lundi, 6 mars, en Zambie, lors d'une gigantesque bousculade survenue, pendant une distribution de nourriture organisée par une congrégation religieuse.

Les plus populaires