FESPACO : Un film anti-colonial et anti-néocolonial fait sensation

Dans une salle pleine à craquer, le film, une fiction où un chef d’Etat africain nationalise les entreprises occidentales aux dirigeants cyniques et racistes, qui tentent, vainement, de le renverser, par tous les moyens, a été ovationné, plus pour ses idées que sa qualité cinématographique.

Evocation de sortie du F CFA, collaboration avec la Russie ou la Chine au détriment des Occidentaux, critique des grandes organisations internationales (FMI, Banque mondiale), indépendance économique, fierté d'être Africain : de nombreux dialogues étaient ponctués par des applaudissements et des cris de joie.

"Ce n'est pas un film anti-européen mais un film anti-gouvernement des États qui nous exploitent", a lancé le producteur-réalisateur-scénariste-acteur principal Sylvestre Amoussou.
Commentant les réactions de la foule, il a indiqué : "Les gens sont frustrés. Beaucoup de gens pensent ce que j'ai mis sur l'écran mais personne n'ose le dire et personne n'a la possibilité de le dire".

"Les jeunes me disent +mais quand est-ce que les Africains vont faire un vrai film sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés ?+ et moi j'ai dit +un jour je le ferai+. Ça fait 10 ans que je travaille sur le sujet. J'ai souffert", a-t-il ajouté précisant que son film avait été "uniquement financé par des Africains".

"Les dirigeants nous manipulent. On ne peut pas après plus de 50 ans d'indépendance être encore sous la tutelle des dirigeants (occidentaux). Les peuples occidentaux ne sont même pas au courant de ce qui se passe (…). Si l'ogre veut vous bouffer il faut se battre pour résister", a-t-il déclaré à la presse.

"Le message est +Africains vous avez un beau continent, retroussez les manches et au travail!+ Il faut penser à l'avenir et à nos enfants", a-t-il dit.
"Si j'ai accepté ce rôle c'est avant tout parce que je veux que tous les Occidentaux soient au courant de ce qui se passe en Afrique. Parce qu'on nous cache aussi à nous la vérité", a dit aux spectateurs l'actrice française, Sandrine Bulteau, qui joue une machiavélique représentante de groupes multinationaux.

Le film est un des 20 longs-métrages en compétition.

Avec AFP

Commentaires

HANSALEVEY Adams (non vérifié)
et OUI, les occidentaux nient actuellement l'emploi du mot colonisation et ses misères d'exploitation depuis le 16ème siècle jusqu'à ces jours du vivant des juens générations africAaines; mais quel moment ils vont le comprendre ?

Ajouter un commentaire

2 + 2 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.