NIGERIA : Buhari cède à la pression des fondamentalistes musulmans qui condamnent le cinéma

Le "village du cinéma", dont le coût s'élevait à 10 millions de dollars, devait être construit sur un espace de 20 hectares, dans la périphérie de Kano, et rassembler une école de cinéma, une salle de projection de 400 places, une scène pour des concerts, un hôtel 3 étoiles, un centre commercial, un stade et même une clinique.

Mais, le gouvernement nigérian s'est plié, dit-il, au souhait de la population locale en mettant un terme définitif à ce projet ambitieux. "Le peuple s'est exprimé et le gouvernement l'a entendu", a déclaré la semaine dernière, Abdurrahman Kawu Sumaila, conseiller de la présidence, après des mois de discordes.

Le cinéma est, pourtant, une industrie colossale à Kano. Les films de "Kannywood" représentent, environ, 40% de la production du Nigeria, la deuxième industrie cinématographique du monde en nombre de films produits, chaque année, derrière Bollywood en Inde.

Dans les films du Nord, en grande majorité musulman, tous les ingrédients du succès sont là et sont, toujours, les mêmes : amour, romance, magie noire, trahison et danses.
Mais, à la différence des films produits dans le Sud, surnommés "Nollywood", à Kano, il y a des règles : les hommes et les femmes n'ont pas le droit de se toucher, il faut respecter les codes de l'islam et, notamment, la place des femmes, dans cette société où l'on applique la charia.

Malgré toutes ces restrictions, pour les plus conservateurs, Kannywood n'a pas besoin d'être davantage encouragé, même s'il est adoré par son public qui traverse les frontières du Nigeria et s'étend à travers tout le Sahel.

Les critiques ont commencé lors de prières du vendredi. Les religieux radicaux de la mouvance salafiste de Kano (notre photo) ont prêché, continuellement, contre le projet, affirmant qu'il encouragerait l'immoralité et ternirait les valeurs de l'islam.

"Nous n'en voulons pas, nous n'en avons pas besoin. Nous continuerons à encourager les gens à se révolter contre ce village du film", a répété Abdullahi Usman Gadon-Kaya, chef de file de la campagne d'opposition au projet.

Reprises par les radios locales ou sur les réseaux sociaux, les critiques ont, bientôt, submergé les ondes et les esprits face à des défenseurs, de moins en moins, aptes à se défendre.
Danjuma Wurim Dadu, directeur de la Nigerian Film Corporation, une société de production et de distribution du cinéma nigérian, a bien essayé, affirmant que le "village du cinéma" permettrait de créer, au moins, 10.000 emplois dans une région dévastée par la fermeture de ses industries textiles dans les années 1980.

"C'était l'opportunité d'offrir du travail à notre jeunesse qui, à force de ne rien faire, se tourne vers la drogue", confie, de son côté, Mudan Saidu, critique de film.
A sa naissance, en 1992, Kannywood ne comprenait que sept sociétés de production mais, en dix ans, l'industrie a explosé. On compte, désormais, 268 productions, 315 studios de montage, et le secteur emploie plus de 60.000 personnes, selon les chiffres de l'Association nationale du cinéma (MOPPAN).

Dans son rapport de 2010, la Banque Mondiale estime que la totalité de l'industrie cinématographique du Nigeria (Nollywood et Kannywood) contribue au PIB du pays à hauteur d'un milliard de dollars par an.
Mais, la discorde avec les extrémistes religieux a éclaté, dès 2008, lorsqu'une "sextape" privée mettant en scène l'une des stars du cinéma local a tourné sur les réseaux sociaux.

La vidéo n'aurait, jamais, dû être diffusée, publiquement, mais qu'importe, pour les religieux, elle était la preuve de la perversité des actrices et de la mauvaise influence que peut avoir le cinéma dans la société.
Depuis lors, l'opposition entre la communauté islamique et le monde du cinéma n'a cessé de s'intensifier, dans le Nord du Nigeria, et en stoppant ce projet, les imams conservateurs ont remporté une nouvelle victoire.

Avec AFP

Ajouter un commentaire

2 + 10 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.