UNESCO : Une trentaine de sites candidats au Patrimoine universel

Le Comité du Patrimoine mondial se réunit, dimanche, 24 juin, à Bahreïn, pour choisir les nouveaux sites qui intégreront la Liste du patrimoine universel de l'Unesco, bénéficiant, ainsi, d'une image prisée.

L'examen de trente sites est à l'ordre du jour de la réunion de Manama prévue du dimanche 24 juin au 4 juillet. Cet examen a commencé le 29 juin et pourrait se poursuivre les deux jours suivants.

La majorité (22) sont des sites culturels, allant d'un terrain de chasse Inuit au Danemark à une oasis en Arabie Saoudite, en passant par un ensemble victorien et Art déco en Inde. Cinq sont des sites naturels et trois mélangent les deux caractéristiques.

L'enjeu n'est pas mince pour les postulants : l'inscription les classe au nombre des patrimoines d'une valeur "exceptionnelle", de nature à attirer les touristes, en sus d'aides financières, éventuellement, possibles.

Mais, elle suppose, aussi, des efforts pour maintenir l'intégrité du bien, résister à l'urbanisation, conserver les écosystèmes, etc. Exposer à un retrait de la liste.

Un tel retrait a eu, au moins, deux précédents, mais, reste rarissime.

La barrière de corail du Belize, deuxième plus grande au monde après l'Australie, devrait sortir de la liste du patrimoine mondial en péril, où elle figure depuis 2009, grâce aux mesures prises et, notamment, à la dernière, fin 2017 : l'abandon de l'exploitation du pétrole en mer.

Au Kenya, le Lac Turkana pourrait à l'inverse être estampillé "en péril", après la construction d’un barrage en Ethiopie qui a eu "un grave impact", souligne-t-on à l’Unesco.

"Gibe III", le barrage hydroélectrique le plus haut d'Afrique (243 m), inauguré par l'Ethiopie, fin 2016, a été construit à plusieurs centaines de kilomètres au Nord sur l'Omo, affluent éthiopien du Lac Turkana, faisant baisser le niveau du lac et interrompant les crues saisonnières essentielles au cycle de reproduction des poissons (notre photo).

La réunion de Bahreïn devrait, aussi, servir à lever des fonds pour une institution aux abois. Le fonds du patrimoine, abondé par 1% de la contribution à l'Unesco des 193 pays membres, "est au même niveau que lorsque j'ai commencé à travailler ici en 1991, à 4 milliards de dollars par an. A l'époque, c'était pour 250 sites, aujourd'hui, 1.073", a souligné Mme Rössler.

"La situation est très grave", a estimé la responsable dont une des activités consiste à chercher des fonds extra-budgétaires.

D'autant que le contexte général pour l'Unesco est, politiquement, compliqué, avec, notamment, le retrait annoncé, l'an dernier, des Etats-Unis.

Grave pour le fonds, la situation est, aussi, "assez grave dans les sites", a-t-elle ajouté, citant en exemple le Parc des Virunga (Est de la RDCongo) affecté par l'insécurité, où plusieurs personnes ont été tuées --dont une ranger-- ou enlevées cette année.

Une soirée est prévue à Manama pour recueillir des fonds pour les familles des victimes et pour sauvegarder les Virunga. "C'est une bonne occasion, c'est le plus grand comité qu'on a à l'Unesco."

L'an dernier, 3.000 personnes s'étaient inscrites pour la 41e session à Cracovie (Pologne).

Ajouter un commentaire