Vous êtes ici

BOKO HARAM : Le dernier soupir d'un condamné à mort !

BOKO HARAM : Le dernier soupir d'un condamné à mort !

Onze soldats tchadiens ont été tués, mardi, 6 octobre, dans une attaque d'insurgés de Boko Haram contre une position de l'armée près de la frontière avec le Nigeria, démontrant, une nouvelle fois, que les islamistes nigérians, même, affaiblis par les offensives des armées de la région, peuvent toujours mener des raids meurtriers. Mais en fait d'offensives soutenues et coordonnées, il s'agit, certainement, d'un baroud d'honneur d'une milice à la force finissante.

L'attaque surprise lancée à 3h30 GMT (4h30 heure locale), a fait 11 morts dans les rangs de l'armée tchadienne et 13 blessés, dans une position loin de deux kilomètres de la frontière nigériane. Dans les combats, "17 Boko Haram ont été tués" : "Les assaillants ont été repoussés et l'armée tchadienne continue le ratissage dans toute la zone", dit un informateur anonyme.

Le lac Tchad est partagé entre le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad. Même si sa superficie se réduit d'année en année en raison du réchauffement climatique, il abrite une multitude d'îles et îlots peuplés de pêcheurs, et ses abords sont rendus difficiles par une végétation dense, qui facilite les infiltrations des islamistes de Boko Haram en territoire tchadien pour y mener des attaques.

Les attaques menées séparément par les armées du Nigeria, du Niger, du Cameroun et du Tchad, ont provoqué de sérieux dégâts chez l'ennemi, qui, par ailleurs, a perdu beaucoup de ses fiefs que l'armée nigériane récupère au fur et à mesure. Une force multinationale appartenant aux quatre pays ainsi que le Bénin, est déjà en place. Mais elle prend, progressivement, place dans cette lutte.

Tout laisse penser que Boko Haram lance ses derniers assauts, sachant à quelle sauce il va être mangé bientôt. C'est la raison pour laquelle il livre un dernier baroud d'honneur, peut-on dire. Ainsi, dimanche, 4 octobre, c'est le Niger qui a été frappé. Six personnes - un gendarme et cinq civils - ont été tuées dans des attentats-suicides perpétrés par des kamikazes du groupe islamiste au coeur de la ville de Diffa, dans le Sud-Est du pays, près du Nigeria.

Le Cameroun est, lui aussi, régulièrement, visé par des attentats-suicide. Ce pays vient de changer son ministre de la Défense, mais, la stratégie arrêtée par le président, Paul Biya, elle, reste la même : livrer une bataille sans merci jusqu'à l'extermination de la secte. Au Nigeria, Boko Haram poursuit ses attaques à un rythme soutenu.

Vendredi, 2 octobre, encore, deux attentats-suicides ont fait 18 morts et une quarantaine de blessés dans la banlieue de la capitale fédérale, Abuja. La coalition "a sans conteste affaibli la nébuleuse" islamiste mais "pour autant elle ne s'avoue pas vaincue", a reconnu le président du Tchad, Idriss Déby Itno, lors d'une récente visite au Niger, en septembre dernier.

Boko Haram, dont l'insurrection a fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009, est tenu pour responsable de la mort de près de 1.300 personnes depuis la prise de fonctions du nouveau président nigérian, Muhammadu Buhari, le 29 mai.

M. Buhari a fait du combat contre les islamistes sa priorité. Il a donné trois mois à ses généraux pour conjuguer Boko Haram au passé. Trois mois, c'est jusqu'en décembre 2015.

Commentaires

atys (non vérifié)
J'ai du mal à comprendre qu'une coalition de quatre états est du mal à mettre fin à Boko Aram et son chef.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.