Vous êtes ici

CENTRAFRIQUE : Les raisons du coup d'état contre Catherine Samba Panza

La raison principale de la tentative de coup d'état, en Centrafrique, se trouve dans le déblocage de la somme de 6 milliards de F CFA (9 million d'euros), par le président américain, Barack Obama, pour accélérer l'installation, à Bangui, de la Cour pénale spéciale, afin de juger les auteurs des graves crimes dans le pays.

Ce fonds va aider à former de nouveaux officiers de police judiciaire, des gardiens de prison, à acheter des équipements pour la Cour pénale spéciale, et favoriser l'opérationnalisation de cette juridiction d'exception en Centrafrique.

Les 23 magistrats appelés à officier dans cette Cour dont 11 étrangers vont bientôt siéger. Ils seront emmenés à prendre des décisions qui feront mal. C'est pour les en empêcher que le coup d'état a été tenté. Objectif : remettre en question toute la transition actuelle, au mieux, mettre en place une troisième transition qui aurait été, totalement, différente de l'actuelle dans la mesure où elle aurait été inclusive en n'excluant plus les deux anciens chefs d'Etat, François Bozizé et Michel Djotodia. Et, surtout, personne n'aurait plus parlé de cette Cour pénale.

On peut aisément comprendre le souci qui anime les adversaires de l'actuelle transition. Car une fois les décisions condamnant tel ou tel prononcées par le tribunal, il serait impossible de revenir en arrière pour réhabiliter tous ceux qui rêvent, encore et toujours, de diriger le Centrafrique. Il fallait, donc, tout faire pour empêcher l'entrée en fonction de cette fameuse Cour.

Malheureusement, le coup d'état a échoué sur toute la ligne. Et la transition est toujours en place.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.