CONGO-BRAZZAVILLE : Le général Mokoko un faux prophète ?

Voici la photo de famille des vainqueurs de la guerre meurtrière de 1997 ayant coûté la vie à des milliers d'innocents Congolais (notre photo). Ici, ils fêtent leur victoire autour de leur chef rebelle, Denis Sassou Nguesso, chez M. Tassoua, dit Général Giap. L'on peut reconnaître en costume beige (en haut à droite de la photo) et cravate bien attachée, le conseiller militaire de Sassou, le général Jean Marie Michel Mokoko, devenu quelques années après avoir réglé en famille certains de leurs contentieux de gestion du pouvoir, le Moïse et soi-disant libérateur du même peuple qu'ils ont gratuitement assassiné pour leur pouvoir.

Sauf que sur cette photo, jamais, un certain colonel Moussounda ne pouvait y figurer, ni le colonel Mounguengui, pas le colonel Ibala, non plus, pas le colonel Ibouanga encore moins le colonel Mbaou ni le général Yombi, surtout pas le colonel Bikinkinta.

Oui à la libération des prisonniers politiques dont le général Mokoko. Mais non à la falsification de l'histoire ! Jamais les bourreaux d'hier de notre peuple ne deviendront leurs libérateurs.

Nous sommes une génération décomplexée ; nous resterons vigilants et rigoureux. Nous combattrons la dictature et ses valets jusqu'au dernier souffle de notre vie. La liberté de notre peuple est à ce seul prix et à ces seules exigences. Seule certitude : nous gagnerons ce combat avec ou sans de faux prophètes.

Correspondance particulière.

Commentaires

Visiteur (non vérifié)
Pourquoi faire usage d'impostures et de mensonges grossiers pour tenter d'inverser la courbe de notoriété et de popularité de Jean Marie Michel MOKOKO ? Cette correspondance est un vrai fichon , une betise intentionnelle empreint de lâchété et d'élan tribal dans le but de nuire à l'image reconnue de MOKOKO, celle d'un homme intègre, intelligent, pacifique et rassembleur. Pour votre gouverne les references attribuées à cette photo sont archifausses: La période, le lieu et les circonstances. Ceux qui ont détourné cette photo de son cadre réel le savent. Pour la localisation, ceux qui connaissent la residence de Jean Marie Tassoua,à Nkombo-Matari(Banlieu Est de Brazzaville) , savent que cette residence ne ressemble en rien à cette environnent dans la photo . Sur cette photo, il s'agit du messe des officiers au camp 15 aout (Au centre de Brazzaville) . Pour la periode, cette photo n'a pas été prise au sortir du sanglant coup d'Etat de Sassou de 1997, comme vous le dites grossièrement, mais plutôt en fin 2OO4. Et ces officiers supérieurs ne sont pas là pour fêter un quelconque triomphe mais pour le traditionnel échange de voeux entre le chef des armées et les officiers. La présence de MOKOKO, dans cette photo s'explique par deux faits. Primo, MOKOKO, Général des Armées actif(pas retraité) devrait logiquement repondre de par sa présence à cette traditionelle rencontre de fin d'année. Secundo, il venait d'être nommé Conseiller aux affaires de Paix en Afrique par Sassou, une nommination qui permettait à Sassou d'avoir l'oeil sur la crise ivoirienne qui venait d'éclater mais surtout de rompre le divorce avec MOKOKO, divorce survenu depuis la prise de position ferme de ce dernier lors de pourparler de Libreville (Gabon) en Aout 1997. Par ce renouement,Sassou visait à se rapprocher et à controler MOKOKO qui était sollicité par les lobbies (Total et autres) voulant se débarasser de Sassou par un coup de force pour des raisons connues. Les officiers dont vous citez ne pouvaient guère figurer dans cette photo car étant en exil en cette période. Cette entreprise visant à sallir l'image d'un meilleur en vue de se repositionner n'est que peine perdue surtout que la connaissance du congolais sur l'histoire politique du pays ne fait que s'accroitre au fil des évenements et avec Internet. Nous comprenons que l'entrée de MOKOKO dans l'arène politique, a coupé l'herbe sous les pieds des politivores qui depuis bel urête avaient fait du tribalisme, de l'ignorance et de la misère de peuple leur fond de commerce. Ce qui explique le comportement bélliqueux à l'égard de MOKOKO de la part de bon nombre qui se disent opposants. Ils se rangent du côté du dictateur Sassou et veulent que MOKOKO disparaisse pour qu'il reprennent avec leur théatre habituel.
Anaïs Polo (non vérifié)
Quelques phrases de J3M - "J'ai été formé dans des grandes écoles militaires pour défendre mon pays contre l'ennemi extérieur et non pas pour me battre contre mon peuple". - "Vous me voyez Moi ! Général me mettre devant la troupe pour aller combattre mon peuple ?". ---------------------------------- Cette photo n'est pas de 1997... LUVUNU ----------------------------------- OBSERVONS : 1 - Sur cette photo, Motondo tout puissant après la guerre de 1997 ne pouvait pas être loin de Sassou et en civil, compte tenu du poste (CEMG patron de l'armée) qu'il occupait. À cette époque (1997), il n'y avait pas encore de Ministre délégué à la défense. C'est dire qu'au moment de la prise de cette photo, Matondo était déjà en disgrâce avec Sassou... D'où la présence du Général Ndolou (nouveau CEMG) à la droite de Sassou et Dabira à gauche comme Inspecteur des Armées. 2 - Le Colonel Ossété Valence (à gauche avec un képi) n'as jamais fait la guerre de 1997. Pourtant il apparaît bien dans cette photo. 3 - Pour info, cette photo date de 2004 avec la présence des nouveaux conseillers en civils dont Mokoko et Motondo... PAS PENDANT LA GUERRE ----------------------- La vérité est que le problème de l'évaluation sanitaire de Mokoko, gêne la mouvance présidentielle et L'OPPOSITION BOUKOUTEUSE... Tel que Parfait Oléla et Tsatou Mabiata. Cette photo avait déjà été publiée par Henri DERIEN fervent défenseur de Parfait Olela. BO KITA BO MATA MOKOKO ET NON MOUKOKO KÉ DIATA BÉNO... CE PRISONNIER SANS PARTI POLITIQUE CONTINUE À OCCUPER LE DEVANT DE LA SCÈNE POLITIQUE CONGOLAISE.... ALORS QUE CEUX QUI ONT UN PARTI POLITIQUE SONT ÉCRASÉS. ESPÈCES D'OPPOSANTS BUKUTEURS ET NGUIRISÉS... DES ÉGOÏSTES QUI NE PENSENT QU'À EUX ET QUI N'APPARAISSENT QU'AU MOMENT DES ÉLECTION ÉKA BUZOBA ?

Ajouter un commentaire

Les plus populaires