CONGO-KINSHASA : Kinshasa en ébullition

CONGO-KINSHASA : Kinshasa en ébullition

De violents affrontements ont éclaté ce mardi après-midi dans une grande confusion en marge d'un rassemblement de l'opposition, à Kinshasa, après l'attaque de la rencontre, à coups de pierres, par des jeunes gens non identifiés. Selon l'opposition, il s'agit de loubards soutenus et envoyés par le pouvoir pour perturber la manifestation et donner l'occasion aux forces de l'ordre de charger. C'est donc une opération planifiée. Il y a eu des scènes de lynchage au vu et au su des forces de l'ordre sans qu'elles n'interviennent.

La situation a dégénéré peu avant 15H00 (14H00 GMT), sur la Place Sainte-Thérèse de Ndjili, dans le Sud de la capitale de la République démocratique du Congo.

Deux à trois mille personnes étaient réunies à l'appel d'un collectif d'opposants au président, Joseph Kabila, pour exiger la tenue, dans les temps, de la prochaine présidentielle devant avoir lieu en novembre 2016, à laquelle la constitution interdit, formellement, au chef de l’Etat de se présenter. A Kinshasa, tout le monde sait que le chef de l'Etat rêve de contourner cet obstacle pour rester au pouvoir. L'opposition ne l'acceptant pas du tout, ça crée des incidents. Toute laisse penser que d'autres rassemblements suivis d'incidents de ce genre, auront lieu dans les prochains jours.

Une dizaine de dirigeants de partis rassemblés au sein de la "Dynamique de l'opposition" se sont succédé à la tribune, ce mardi, pour appeler au départ de Joseph Kabila, en 2016. Les oreilles indiscrètes ne pouvant plus entendre les diatribes énoncées contre Kabila, le rassemblement où jusque-là, régnait la bonne humeur, a été attaqué à coup de pierres par une dizaine de personnes, au moins, armées de bâtons.

Très vite, la place s'est vidée dans un grand désordre. Une vingtaine de policiers armés de matraques ont fini par intervenir pour faire cesser la bastonnade et récupérer un corps grièvement blessé.

La situation restait tendue vers 15H45 (14H45 GMT) alors que des renforts de policiers affluaient dans le quartier et que de petits groupes se formaient ça et là sur la place et dans les rues adjacentes.


 


 

Ajouter un commentaire