Vous êtes ici

AFRIQUE DU SUD : Limogeage de la maîtresse de Jacob Zuma de la présidence de la South African Airways

Considérée comme une (très) proche, une maîtresse (attitrée) du président, Jacob Zuma (notre photo), Dudu Myeni dirigeait la SAA (South African Airways) depuis 2012, comme elle gérerait sa cuisine intérieure.

Elle sera remplacée à partir du 3 novembre 2017 par Johannes Bhekumuzi Magwaza, a expliqué le ministre des Finances, Malusi Gigaba, dans un communiqué. On espère que ce ne sera pas trop tard pour cette compagnie qui n'est plus que l'ombre d'elle-même depuis qu'elle est dirigée par Dudu.

Malusi Gigaba n'a pas précisé les raisons du départ de la patronne de la compagnie et de cinq autres membres de son conseil d'administration. Il s'est contenté d'indiquer que la nouvelle équipe "va apporter talent, expertise et énergie" à SAA. Mais, on peut, facilement, imaginer ces raisons : népotisme, surfacturations, détournements, copinage, etc.

La compagnie nationale traverse, depuis des années, une grave crise, emblématique de la mauvaise gestion des derniers publics reprochée à M. Zuma, qui fait l'objet de multiples accusations dans des affaires de corruption.

SAA vit sous perfusion permanente de l'Etat, contraint de lui octroyer, régulièrement, des aides pour lui éviter la faillite. Ca fait cinq ans que ça dure...

Le mois dernier, le gouvernement lui a, encore, accordé, en urgence, une enveloppe pour lui éviter un défaut de remboursement d'un prêt de 3 milliards de rands (200 millions d'euros).

Le principale parti d'opposition sud-africain, l'Alliance démocratique (DA), a estimé que le départ de Dudu Myeni ne suffirait pas à remettre l'entreprise sur pied.

"La compagnie est en faillite et a besoin de 10 milliards de rands (660 millions d'euros) pour continuer tant bien que mal à opérer", a rappelé son député Alf Lees.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.