Vous êtes ici

AIDE A lA SOLIDARITE INTERNATIONALE : Recul légendaire de la France attendu en 2019

La France change à vue d'oeil. En mal. Elle va s’éloigner de ses engagements, en 2019, pour ce qui est de l'aide à la solidarité internationale. En effet, l’Assemblée nationale vient d’adopter la loi de finances pour 2019 où on constate un net recul historique de l’affectation de la taxe sur les transactions financières, supposée financer la lutte contre l’extrême pauvreté. Certes, on peut constater, néanmoins, l’augmentation du budget de l’aide au développement, bien que son niveau actuel soit loin de répondre aux enjeux. La vigilance sera donc de mise l’année prochaine lors de la révision de la loi sur le développement et la solidarité internationale, opportunité décisive pour reprendre un cap cohérent avec les engagements présidentiels. Il faudra, nécessairement, l'implication des « Gilets Jaunes » de la solidarité internationale en faveur de ce combat pour que le gouvernement, dos au mur, ne se ravitaille pas dans ce budget pour alimenter d'autres secteurs dans lesquels il est sous pression.

Le plus gros rouspéteur de ce recul de la France dans le domaine de la solidarité internationale, c'est sans conteste, Coordination SUD, qui regroupe 170 ONG françaises de solidarité internationale.
 
Pour Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France, administratrice référente sur les questions d’APD à Coordination SUD : « Le respect des engagements de la France d’ici à la fin du quinquennat du président de la République semble désormais difficile à tenir, bien que l'augmentation de l'aide publique au développement prévue par la loi de finances pour 2019 (soit) réelle et demeure insuffisante ».

Plus grave, le gouvernement éprouve, toujours, un mal fou à taxer les plus riches, ce qui a poussé Coordination SUD à dénoncer un recul historique sur la taxe sur les transactions financières : « La diminution de 50 à 30 % de la part affectée des recettes de cette taxe est à déplorer. Elle porte un coup de frein à cet instrument innovant de justice fiscale et de réduction des inégalités », s’est, en effet, alarmé Solidarité Sida, chef de file de la commission APD et financement du développement de Coordination SUD.  
 
D'où la conclusion pas très rassurée de Philippe Jahshan, président de la Coordination SUD : « En 2019, la révision de la loi d’orientation et de programmation de la politique de développement et de solidarité internationale sera décisive pour rectifier le tir et atteindre une APD française à 0,55 % de la richesse nationale en 2022 puis à 0,7 % en 2025, conformément aux objectifs annoncés par Emmanuel Macron ».

Le croit-on fermement au moment où le gouvernement fait l'objet d'une pression inégalée et qui a fait augmenter son déficit public faisant du coup hurler la Commission européenne ?
 
 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.