CHINE : Xi Jinping est en guerre économique contre Donald Trump via la cour assidue aux multinationales américaines

Le président chinois Xi Jinping ne dort plus depuis que son rival américain, Donald Trump, lui a déclaré la guerre commerciale, sous forme d'augmentation des taxes sur les produits chinois exportés aux Etats-Unis. Le ministère du Commerce chinois a répondu que l'Empire du Milieu fera face « calmement » à la politique « instable » de Washington. A titre d'information, le déficit abyssal américain ( rendu possible grâce à la suprématie de son dollar) est, largement, financé par les surplus financiers chinois. C'est la politique de « tu me tiens par la barbichette je te tiens par la barbichette ».

C'est dans ce contexte de guerre économique qui ne dit pas (encore) son nom que le leader chinois (qui venait de modifier la constitution pour rester au pouvoir autant de temps que cela lui plaira) a rencontré, jeudi, 21 juin, à Beijing, des dirigeants de multinationales (surtout américaines) célèbres en visite dans la capitale chinoise, pour participer à une session spéciale du Sommet de la table-ronde du Conseil mondial des PDG (notre photo). Le président chinois vend son initiative sur « La Ceinture de la Route » que combattent, âprement, les dirigeants européens dont Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Xi Jinping est très intéressé par le gotha mondial des multinationales qui oeuvrent dans l'industrie, la distribution et l'environnement, la Chine ayant, déjà, ce qu'il faut sur le plan financier. La Chine est le pays le plus liquide du monde.

L'objectif, c'est de leur vendre la destination Chine qui est un Continent-Etat. Autrement dit, faire de l'attractivité sur un marché qui n'en a pas besoin. Au total, plusieurs dizaines de très grands patrons américains ont répondu présent. On cite, pèle mêle, Lloyd Blankfein, le CEO de la puissante banque d'affaires Goldman Sachs, Dominic Barton, le patron de McKinsey, David Abney, à la tête du groupe de transport UPS, Jonas Prising, le CEO du géant de l'intérim Manpower, James Quincey, patron de Coca-Cola, Bill McDermott, le PDG de l'éditeur de logiciel SAP, et beaucoup d'autres.

Donald Trump est en train de transformer l'Amérique : le chômage est à son niveau le plus bas, le commerce extérieur US s'est beaucoup redressé, les déficits se réduisent. Bref, les Etats-Unis, ayant réduit les théâtres de conflit dans le monde où ils dépensaient beaucoup d'argent, investissent cet argent dans l'amélioration du cadre de vie des Américains, et ça marche. Là où ça ne va pas, c'est quand Donald Trump (mentalité de capitaliste oblige) veut toujours et encore prendre le maximum chez les autres, pour accélérer l'amélioration du bien-être des siens. Ses alliés de l'Europe plus le Japon et le Canada, ne sont pas d'accord, bien qu'il s'en moque éperdument.

C'est à cet expansionnisme américain que Xi Jinping veut se prémunir, en association avec le Russe, Vladimir Poutine, depuis que le Brésil et l'Afrique du Sud (dans le cadre du BRIC) se sont, économiquement, effondrés.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires