COP 21 : L'Afrique en force au Bourget

La BAD (Banque africaine de développement) est, fermement, décidée à défendre les intérêts de l'Afrique et de ses habitants, qui sont parmi les plus affectés par les effets du changement climatique sur la planète. Le message qu'elle porte et les urgences qu'elle entend mettre au menu de cette COP 21 sont exposés, avec clarté, dans un dépliant.

Plusieurs rencontres bilatérales sont prévues entre le président de la BAD, Akinwumi Adesina, et plusieurs vice-présidents et hauts fonctionnaires de la BAD, dans le cadre du Pavillon dédié à l'Afrique, grâce au partenariat de la BAD, de l'Union africaine/NEPAD et de la Commission économique pour l'Afrique (CEA).

Abritant une exposition photo qui illustre, en images, les effets du changement climatique à travers le continent, le Pavillon Afrique accueillera plus d'une centaine d'événements pendant les deux semaines du Sommet.

Le programme est rythmé par plusieurs temps forts. Au nombre ceux-ci, figurait, par exemple, hier, la réunion des présidents des banques multilatérales de développement dédiée aux financements liés au climat – autrement dit, les moyens financiers alloués à la lutte contre le changement climatique. Etaient représentées, la BAD, la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, la Banque inter-américaine de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et la Banque européenne d'investissement. Cette réunion s'inscrivait dans le prolongement de deux autres, tenues lors de la Conférence internationale pour le financement du développement, à Addis-Abeba, en juillet dernier, puis, lors des Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, à Lima, en octobre. A cette occasion, le président, Akinwumi Adesina, avait dévoilé son intention de quasi tripler les fonds que la BAD alloue, chaque année, à la lutte contre le changement climatique, pour les porter à 5 milliards de dollars EU, d'ici à 2020.

Mardi, 1er décembre, le Pavillon Afrique (Hall 3, Stand 28) a été, officiellement, inauguré, par le président de la BAD, Akinwumi Adesina, la présidente de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, et par le directeur exécutif de la CEA, Carlos Lopes, en présence du président français, François Hollande. C'est à cette occasion qu'a été lancé le New Deal sur l'énergie pour l'Afrique, auquel le président Adesina entend donner une envergure internationale.

Bell Adèle Aurore

Ajouter un commentaire

Les plus populaires