CORONAVIRUS : La médecine africaine fait dix fois mieux que les dernières avancées de la médecine occidentale

Disons-le tout net, la médecine traditionnelle ou médecine africaine ou pharmacopée traditionnelle, a produit (donne encore) les fruits de son efficacité. L'Afrique a déjoué tous les pronostics alarmants qui y annonçaient une hécatombe généralisée. Au contraire, non seulement, cette hécatombe n'a pas eu lieu, mais, l'Afrique est en position de montrer au reste du monde ce qu'il y a lieu de faire pour éviter les centaines, les milliers de morts Covid-19. Les Américains du Nord et du Sud où le coronavirus fait rage, n'ont qu'à se rapprocher des Africains pour voir comment eux, ils ont réussi à juguler, à maîtriser cette pandémie. Les scientifiques occidentaux ont beau dilué les succès de l'Afrique dans le fait que la chaleur aide beaucoup, et que les gestes barrières (que personne ne respecte d'ailleurs en Afrique), et le port du masque (qui ne fait pas partie des habitudes des Africains), font les miracles, etc.. Faux et doublement faux ! Tous les observateurs de bon sens reconnaissent que, aujourd'hui comme demain, le coronavirus ne fera pas de mal sur le continent africain parce que, pour la première fois, les pays de ce continent ont pris leur (total) destin en main en faisant confiance, pour la toute première fois, à leur propre médecine (médecine africaine, médecine traditionnelle, pharmacopée traditionnelle). Il manque seulement le courage politique aux dirigeants africains pour sauter le pas et généraliser cette médecine, qui, disons-le, soignait avant l'arrivée des colonisateurs qui ont imposé la médecine occidentale, en intimant l'ordre aux Africains d'abandonner la leur.

Pendant que la médecine africaine, dans les pays comme le Cameroun, le Bénin, le Togo, le Ghana, le Burkina Faso, etc., produit des miracles, la médecine occidentale dite moderne en est encore à balbutier des solutions qui se font attendre (sur notre photo, l'archevêque de Douala Samuel Kléda naturopathe, alimente les hôpitaux catholiques du Cameroun en produits anti-Covid-19 qu'il a mis en place : à ce jour, plus de 20.000 malades soignés pour 0 mort). Voici deux avancées de cette médecine que nous mettons à votre disposition :

SNG001… Ce terme scientifique ne vous dit peut-être rien mais, pour certains professionnels de santé, elle pourrait changer la donne dans la lutte contre le coronavirus, en Occident. Selon le média britannique, The Independent, un médicament baptisé SNG001 réduirait de 79 % le risque de développer une forme sévère de la maladie Covid-19, selon des résultats préliminaires dévoilés ce lundi, 20 juillet, par le laboratoire britannique qui le produit, Synairgen. « Ce traitement inhalé utilise des interféron bêta, une protéine naturelle qui intervient dans la réponse de l’organisme contre les virus », précise, de son côté, l’Express sur son site internet.

Le traitement du coronavirus par le SNG001 n’a pour le moment été réalisé que sur un échantillon relativement réduit de patients et n’a pas fait l’objet d’une évaluation plus poussée mais, selon le directeur général de Synairgen, Richard Marsden, il pourrait s’agir d’une « avancée majeure ».

Vaccins : ça progresse

Deux projets de vaccins contre le Covid-19 ont récemment produit une réponse immunitaire importante et sont bien supportés par les patients, selon les résultats de deux essais cliniques préliminaires mais encourageants. L’un développé par l’Université d’Oxford en Angleterre et l’autre menée à Wuhan (Chine), ils ont, chacun, généré deux types de réponses immunitaires différentes, sur respectivement 1 000 et 500 patients.

Ces résultats ont été récemment publiés dans la revue médicale de référence The Lancet. L’efficacité des vaccins pour protéger du coronavirus devra encore être établie dans un essai de phase 3, sur un nombre de participants plus important, avant d’envisager leur commercialisation à grande échelle.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires