Vous êtes ici

FEMMES NOIRES : Attention à la toxicité de plus en plus excessive des cosmétiques pour peaux noires

Ce résultat est, particulièrement, préoccupant pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. En cause, l'envie d'une peau plus claire, et de cheveux plus lisses. Les scientifiques estiment que les femmes noires sont confrontées, non seulement, à une discrimination sociale persistante, mais également, à une double peine, c'est à dire, l'extrême toxicité de leurs produits cosmétiques et à une pollution environnementale.

En effet, pour se conformer aux standards de beauté occidentaux, les femmes noires utilisent plus de produits de beauté, et sont, donc, exposées à plus de composés chimiques dangereux pour la santé par effets cocktails. En ligne de mire des produits nocifs, les crèmes blanchissantes où l'on trouve du plomb et du mercure.

Pour l'OMS, " L’exposition au mercure (substance interdite dans les cosmétiques en 2013), même à de petites quantités, peut causer de graves problèmes de santé et constitue une menace pour le développement de l’enfant in utero et à un âge précoce".

Le mercure peut avoir des effets toxiques sur les systèmes nerveux, digestif et immunitaire, et sur les poumons, les reins, la peau et les yeux.
Le mercure est considéré par l’OMS comme l’un des dix produits chimiques ou groupes de produits chimiques, extrêmement, préoccupants pour la santé publique.

Quant aux défrisants, les spécialistes ont relevé une forte concentration de parabènes et d’œstrogènes connus pour leurs effets perturbateurs sur le système hormonal. Une forte exposition à ces substances peut être à l’origine de tumeurs à l’utérus ou provoquer une puberté précoce.

Pour l'ONG Label Beauté Noire, lanceuse d'alerte mondiale sur les risques de la dépigmentation volontaire et sur les dangers des défrisants capillaires, " Cette étude universitaire américaine est une reconnaissance de plus de nos travaux de recherche, qui viennent couronner 17 ans d'engagements indépendants pour favoriser le droit à la santé de chacun, l'accès aux soins, et la prise en charge médicale effective de ces pathologies chez les patients, aussi par delà, garantir la sécurité des utilisateurs de cosmétiques".

Une réunion de concertation se tiendra, prochainement, avec les différentes parties prenantes, notamment, la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA ) représentant l'industrie cosmétique.

Un rapport d'expertise sera, aussi, remis à la nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé, Agnes Buzyn, qui a déclaré, récemment, " faire de la prévention une priorité de la stratégie nationale de santé publique".

Pour 2018, L'Ong Label Beauté Noire se prépare au lancement d'une journée mondiale dédiée à "la prévention, à la recherche médicale et aux solutions durables de la dépigmentation volontaire ", en partenariat avec l'OMS et le groupe Afrique Education. En effet, l'OMS place en haut de son agenda, la santé pour tous, " Health for all"'est le mot d'ordre du nouveau directeur Mr Tedros signifiant, la garantie d'une couverture universelle en matière de santé afin que tous les individus aient accès aux services de santé sans difficultés (sur notre photo, Isabelle Mananga Ossey, la fondatrice de l'ONG Label Beauté Noire avec Maria Neira, directrice du Département Santé publique et Environnement de l'OMS).

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.