GUINEE EQUATORIALE : Limogeage (très) surprenant du grand argentier national Lucas Abaga Nchama

Que s'est-il donc passé en Guinée équatoriale où on sait que le président de la République, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, doyen des chefs d'Etat d'Afrique, ne prend, jamais, de décision sur un simple coup de tête ? Il vient, pourtant, de limoger trois hauts responsables de l'Etat dont le ministre de l'Economie et des Finances, Lucas Abaga Nchama, qui fut, avant d'occuper ce poste de confiance, de 2010 à 2017, gouverneur de la BEAC (Banque des Etats de l'Afrique centrale) dont le siège est à Yaoundé au Cameroun.

Signé le 8 avril, le décret qui le révoque indique qu'il s'est livré à des "irrégularités dans l'exercice de ses fonctions".

M. Abaga Nchama, qui était également chargé de la Planification, a été remplacé, le 9 avril, par Cesar Agusto Mba Abogo, secrétaire d'Etat depuis fin 2013 auprès du ministère des Finances, chargé du programme de développement économique "Guinée équatoriale Horizon 2020".

Avant 2013, le nouveau ministre avait occupé durant deux ans les fonctions de directeur général de l'Economie pétrolière au sein du ministère des Mines, de l'industrie et de l'énergie.

Lucas Abaga Nchama (qui avait plutôt laissé bonne impression à la BEAC à Yaoundé où il tenait tête aux Français) n'a pas été limogé seul. Le même jour, le chef de l'Etat a, aussi, renvoyé (chose rarissime) le deuxième secrétaire à l'ambassade de la Guinée équatoriale à Washington, Luis Engono Ndong Grachov. Contrairement au décret limogeant Abaga Nchama, aucune explication n'a accompagné cette décision du chef de l'Etat.

Autre limogeage qui a sans doute une relation forte avec ces deux révocations : La directrice générale des Affaires particulières du chef de l'Etat, Amalia Nchama Obiang, a, elle aussi, été relevée de ses fonctions, le 9 avril. Là aussi sans explication.

Le lendemain, 10 avril, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, convoquait son deuxième conseil des ministres de l'année, le premier ayant été réuni en février.

On avait senti que quelque chose ne tournait pas rond, à Malabo, quand, à la clôture de la 52e Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique de la Commission économique pour l'Afrique, tenue, à Marrakech, au Maroc, du 20 au 26 mars, la Guinée équatoriale avait été représentée à cette conférence, non pas par un ministre, encore moins, le ministre de l'Economie et des Finances de l'époque, mais par l'ambassadeur de la Guinée équatoriale en Ethiopie et auprès de l'Union africaine, Crisantos Obama Ondo.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires