NIGER : Ministres et députés priés de se soigner dans le pays (Plus d'évacuation sanitaire aux frais de l'Etat)

Deux mentions « BIEN » à Mahamadou Issoufou, qui vient de prendre, successivement, deux très bonnes décisions, ces derniers mois. Première bonne décision : sa détermination pour qu'une monnaie unique de l'Afrique de l'Ouest soit mise en circulation, au sein de la CEDEAO, en 2020, en lieu et place des monnaies actuelles. Les pays en retard prendront le train en marche. Le F CFA que le Niger utilise comme monnaie céderait, donc, sa place à cette future monnaie de la CEDEAO pour laquelle le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, dit que son pays, dès 2019, respectera les critères de convergence exigés pour l'adopter. Deuxième bonne décision : après la construction par la Chine d'un hôpital de 500 lits, dernier cri, le plus moderne de la sous-région ouest-africaine, ministres et dignitaires du pays, sont, désormais, interdits d'aller se soigner, hors du pays, aux frais de l'Etat (Mahamadou Issoufou inaugure l'hôpital de référence de Niamey en août 2017).

"Dorénavant les ministres, les députés et toute autre personnalité vont se faire soigner aux frais de l'Etat à l'hôpital général de référence de Niamey", un complexe hospitalier construit par la Chine, a affirmé le ministre de la Santé, Idi Illiassou, à la télévision publique.

"Seuls les cas ne pouvant y être traités feront l'objet d'une évacuation à l’étranger", a-t-il précisé.

Cette décision prise, lors d'un conseil des ministres, le 16 mars, vise à "réduire de manière significative", les coûts des évacuations sanitaires, généralement, vers le Maroc, la Tunisie et la France. Selon les chiffres avancés par le ministre, les coûts de ces évacuations ont été "multipliés par dix entre 2010 à 2017", de 800 millions F CFA (1,2 millions d'euros) en 2O10 à 10 milliards en 2017 (15 millions d'euros).

L'hôpital de Niamey "dispose d'un personnel hautement qualifié et d'un plateau technique de pointe", a assuré le ministre.

Les patients visés par la mesure peuvent se faire soigner à l'étranger "à leurs propres frais", a-t-il souligné.

Pour s'assurer d'une meilleure application de la nouvelle mesure, les responsables de l'hôpital de référence donneront leur "avis préalable" sur "tout dossier médical" avant une évacuation à l'étranger, a expliqué le ministre.

Inauguré en août 2017 par le président nigérien, Mahamadou Issoufou, l'hôpital de référence de Niamey a une capacité de 500 lits et a coûté plus de 45 milliards de F CFA (68 millions d'euros). Des médecins chinois, turcs et cubains y travaillent.

Commentaires

Paul (non vérifié)
50 ans d'indépendance, vous êtes incapable de construire des meilleurs hôpitaux ; former des meilleurs médecins ? Dubay s'est construit en 30 ans mais, ils ont des hôpitaux confortable. Quand je dis que l'homme noir est le plus bête de la planète ; certaines personnes trouvent ça comme une insulte. Franchement, c'est vrai.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires