RUSSIE 2018 : Vive le Sénégal avec son entraîneur sénégalais bon teint Aliou Cissé

Vive le Sénégal. Vainqueur de la Pologne par 2 buts à 1, le Sénégal se retrouve en bonne position pour accéder au second tour. Une belle victoire pour le Sénégal, qui est l'unique pays africain à avoir remporté une victoire en Russie pour le moment.

Un succès d’autant plus significatif que les Lions sont les seuls à n’avoir pas perdu parmi les cinq sélections africaines en lice.

Au-delà de son propre destin, le Sénégal avait en mains la lourde tâche de redorer le blason d’une Afrique plus que moribonde depuis le coup d’envoi de la Coupe du monde 2018. Avant que les Lions de la Teranga n’entrent en lice, la première levée de rencontres avait mis au tapis tous les représentants du continent : l’Egypte, le Maroc, le Nigeria et la Tunisie. Les trois premiers sont entraînés par des expatriés mais leur jeu ne s'en ressent pas pour autant. On ne comprend pas que les pays africains s'obstinent à recruter des sélectionneurs étrangers avec des résultats décevants alors que les pays où le football est moins développé (Japon, Iran, Panama, etc.) se sont présentés avec des sélectionneurs locaux. Le football africain demande aussi à être mentalement décolonisé. Honneur au Sénégal d'avoir gardé sa confiance au Sénégalais, Aliou Cissé, malgré la sortie prématurée du Sénégal lors de la CAN 2017 au Gabon où il avait un statut de favori. Aujourd'hui, à Russie 2018, le Sénégal et tout le continent africain sont heureux de la victoire et du bon fond de jeu proposé par les Lions de la Terranga.

C’est Gueye, servi par l’attaquant de Liverpool, Sadio Mané, qui a vu sa tentative déviée par Cionek avant qu’elle ne file dans les buts d’un Szcznesny totalement pris à contrepied (1-0, 38e). A la reprise, Niang a joué les opportunistes à la 60e minute en marquant un deuxième but qui a renforcé le capital confiance des Sénégalais (notre photo). Le président, Macky Sall, à la tribune, drapeau du Sénégal dans la main, pouvait exulter. Ses 12 jours de vacances en Russie portent bonheur aux Lions. Et ce n'est pas la réduction du score à la 86e de Krychowiak, qui va lui pourrir la soirée. Il est parti du stade heureux comme un gamin de 14 ans, tout comme les supporteurs du Sénégal dont les groupes de danse ont animé le match alors que le Sénégal montrait à la face du monde que malgré les déboires de l'Egypte, du Maroc, de la Tunisie et, surtout, du Nigeria, l'Afrique avait sa place dans l'agenda mondial du football.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires