Vous êtes ici

SIERRA LEONE : Les 1.000 morts des catastrophiques inondations commencent à être enterrés

Ravagés par le chagrin et la colère après la disparition de leurs proches emportés par les coulées de boue et les inondations à Freetown, des Sierra Léonais vont procéder à des inhumations collectives, bien que de nombreux corps n'aient pas été identifiés.

Ces victimes doivent être enterrées à Waterloo, une localité proche de la capitale (notre photo), à côté des tombes de personnes décédées pendant l'épidémie du virus Ebola, qui avait fait 4.000 morts en Sierra Leone en 2014 et 2015. Ce qui veut dire quelque part que la Sierra Leone est un pays habitué aux catastrophes.

Les premières inhumations collectives devaient se dérouler lors d'une cérémonie prévue à 15H00 GMT (heure de Freetown), en présence du président, Ernest Bai Koroma.

Les autorités avaient donné, jusqu'à mercredi, soir, aux familles, pour venir identifier leurs proches, à la morgue centrale de la ville, où les corps, dont ceux de 105 enfants, s'entassaient dans une odeur pestilentielle.
La Croix-Rouge a précisé que les enterrements qui ont eu lieu, mardi, 15 août, concernaient, en fait, la mise en terre de parties du corps de victimes, qui avaient été empilés dans des sacs mortuaires.

Avec un bilan définitif qui pourrait atteindre les 1.000 morts -les chiffres donnés jusqu'ici évoquent plus de 300 décès (dont au moins 105 enfants) et 600 disparus--, habitants et experts critiquent l'inefficacité des autorités à endiguer la déforestation et l'urbanisme sauvage, considérés comme des facteurs ayant amplifié l'ampleur de la catastrophe.

Les habitants de Freetown --capitale surpeuplée de quelque 1,2 million de personnes d'un des pays les plus pauvres au monde-- avaient été surpris dans leur sommeil dans la nuit de dimanche à lundi quand, après trois jours de pluie torrentielle, des torrents de boue ont envahi les rues et que des pans de collines se sont effondrés sur les habitations.

Les secours, qui mènent l'épuisant travail de dégagement des corps encore ensevelis sous la boue et tâchent de venir en aide aux milliers de survivants désormais sans abris, ont prévenu que la saison des pluies était loin d'être finie et que de nouvelles inondations étaient possibles.

Dans les quartiers dévastés, l'aide internationale a commencé à s'organiser. Des ONG et des agences de l'ONU distribuent des colis de nourriture et des produits d'hygiène aux milliers de survivants hébergés dans des centres d'accueil, chez des voisins ou au sein de leur famille.

Les habitants s'interrogent, aussi, sur les raisons de l'ampleur de la catastrophe, alors que les inondations sont récurrentes à Freetown. "Je pense que c'est dû à la déforestation", avance Samuel Lackhoh, natif de Freetown..

Ces dernières années, dans les faubourgs de la ville, la forêt a été rasée en de nombreux endroits et des maisons, simples cabanes ou "en dur" s'accrochent, désormais, aux collines.
Les autorités n'ont "globalement rien fait" pour lutter contre ce phénomène, estime Jaime Hitchen, un expert du think-tank Africa Research Institute.

"En particulier dans la zone de Regent, des gens de toutes les tranches de la société construisent illégalement des habitations en toute impunité", déclare-t-il.

Identifier les carences du système de collecte des déchets, empêcher la déforestation, planifier l'urbanisation ou fournir des logements décents sont des questions "du ressort des politiques", ajoute-t-il. Mais, les systèmes de drainage étaient bouchés et les décharges débordaient, selon lui.

Après la catastrophe, le gouvernement a promis d'examiner la possibilité de construire de nouveaux quartiers sur la péninsule où est située Freetown, mais jusqu'ici, ces mesures ont échoué, les habitants préférant rester près du centre-ville pour se rendre plus facilement au travail.

Dans l'immédiat, les autorités et les agences internationales vont devoir éviter la propagation de maladies qu'entraînent, habituellement, les inondations, comme la dysenterie et le choléra.

Un autre pays africain a été touché par des inondations : 40 personnes ont été tuées, mercredi, 16 août, dans un glissement de terrain, qui a englouti un village de pêcheurs en Ituri, sur le versant occidental du Lac Albert, dans le Nord-Est de la RDC.

Comme on voit, l'Afrique commence à être, durement, frappée par le dérèglement climatique.

Avec AFP

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.