Vous êtes ici

TOGO : Construction à Lomé d'un hôpital du futur avec une technologie dernier cri

Le vendredi, 15 février, marque une étape déterminante dans la refondation du système hospitalier togolais. En effet, le président, Faure Gnassingbé, a posé la première pierre d’un complexe hospitalier, à Agoé, dans la banlieue de Lomé. Piloté par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), cet hôpital qui sera inauguré, dans un an, et géré par une équipe d'experts étrangers rompue à la tâche, fera la fierté du Togo en Afrique de l'Ouest dans la mesure où elle limitera les évacuations sanitaires nationales, et accueillera, comme le Maroc, l'Afrique du Sud ou la Tunisie, des malades provenant d'autres pays africains.

Des bâtiments sur 11.000 m² et un hôtel de 7.000 m² destiné à l’accueil des patients ou de leur famille. Une infrastructure écologique avec une autonomie en eau et en électricité (notre photo montrant Faure Gnassingbé lors de la pose de la première pierre vendredi, 15 février, à Lomé).

L’hôpital Saint-Pérégrin*, c’est le nom choisi, fonctionnera par secteurs : consultations, hospitalisation générale et maladies infectieuses, imagerie, exploration fonctionnelle, maternité, etc.

L’établissement privilégiera la chirurgie ambulatoire ou les interventions nécessitant un court séjour.

Saint-Pérégrin proposera, également, une unité de check-up pour VIP. Sur le modèle de l’hôpital américain de Neuilly, en région parisienne, les patients togolais ou étrangers couverts ou non par une mutuelle internationale pourront être accueillis pour une série de tests sur une ou plusieurs journées. L’hôtel 4 étoiles attenant à l’hôpital est, aussi, conçu pour eux.

Cette activité VIP est très lucrative et pourrait capter une clientèle africaine qui se rend jusqu’à présent en Europe, aux Etats-Unis ou dans d'autres pays africains (Afrique du Sud, Maroc, Tunisie) pour ses soins.

Les architectes du Cabinet belge, Mates GIE, ont conçu un bâtiment fonctionnel et aéré situé au milieu d’un parc. Le complexe ressemble, davantage, à un immeuble de bureaux qu’à un hôpital. C'est moins stressant pour les malades.

L’établissement public devrait être géré par un opérateur privé.

La construction d’un hôpital de cette taille s’inscrit dans le cadre du mandat social du président, Faure Gnassingbé, qui a, déjà, sur le plan éducatif, lancé la gratuité scolaire et la restauration gratuite à travers des cantines scolaires, entièrement, subventionnées, pour une catégorie d'élèves. Pas encore tous. Sur le plan médical, il répond à la nécessité pour le Togo de se doter de structures médicales modernes. Après la construction de cet hôpital, certains personnels expatriés pourront continuer à aller se faire soigner, à l'extérieur, dans le pays de leur choix. Mais, ce ne sera pas parce qu'il n'existe pas de structure similaire, au Togo, capable de leur donner pleine satisfaction.

L’amélioration du climat des affaires et l’arrivée d’investisseurs étrangers, tels que souhaités par le Plan national de développement (PND) inclut des services hospitaliers de bonne qualité et des prestations réalisées par des médecins bien formés.

En ce sens, Saint-Pérégrin est un atout pour attirer les entreprises internationales.

L'ouverture de cette structure est prévue dans un an.
______
* Pérégrin Laziosi est un religieux servite italien reconnu saint par l'église catholique. C'est le saint patron des malades incurables.
A l'âge de 60 ans, il est atteint d'une maladie incurable à une jambe. La veille de l'amputation, il descend à la salle du chapitre et va prier devant une fresque de Jésus crucifié. Sa grande fatigue l'endort... dans un songe, Jésus se détache de la Croix, se penche sur lui et guérit sa jambe malade. Il se réveille en sursaut et constate que la douleur a disparu. Frère Pérégrin est guéri et profite de la nuit pour rendre grâce à Dieu. Le futur hôpital portera son nom. Quelle grâce divine !

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.