Economie

Les investissements vont passer de 10.000 milliards de F CFA, pendant le premier quinquennat, d'Alassane Ouattara, à 29.000 milliards de F CFA, de 2016 à 2020. Qui dit mieux ?

Une première ébauche du texte de l'accord climat a été remis, samedi, 5 décembre, à Laurent Fabius, président de la COP 21. Elle servira de base aux ministres, qui négocieront dès lundi. On est encore (très) loin du consensus.

Le 6e Sommet Chine-Afrique a été, minutieusement, préparé. La satisfaction est générale côté Afrique, au regard des propositions concrètes que formule le président chinois.

Offrir un cadre réglementaire plus propice aux investisseurs potentiels devrait être la priorité des décideurs africains afin d’accélérer l’électrification du continent. Exemple à suivre : la Côte d'Ivoire.

Le président, Xi Jinping, entend privilégier l'Afrique dans ses relations de partenariat. Il se dit prêt et apte à répondre à tous les besoins du continent, sans décevoir personne.

Camair Co, sous perfusion gouvernementale, va recevoir, en janvier 2015, 4 nouveaux appareils dont deux Boeing 737 et 777 Dreamliner pour desservir l'Europe et l'Asie. Si elle ne décolle pas, cette fois-ci, il faudra que l'Etat mette la croix sur elle et passe à autre chose.

Les présidents chinois, Xi Jinping, et du Zimbabwe, Robert Mugabe, ont dû quitter, précipitamment, la COP 21, pour se voir, à tête reposée, à Harare, les 1er et 2 décembre. Objectif : renforcer leur partenariat gagnant-gagnant.

Erosion, désertification, assèchement du lac Tchad : la France a promis mardi deux milliards d'euros d'ici à 2020 pour les énergies renouvelables en Afrique, afin de régler une partie de "la dette écologique" des pays riches envers ce continent.

C'est avec une forte délégation, conduite par son président, Akinwumi Adesina, que la Banque africaine de développement (BAD), participe à la COP 21, depuis, lundi 30 novembre. La BAD, selon son président, est venue pour défendre les intérêts de l'Afrique et des Africains.

Entre la Chine et les pays occidentaux du G7, la guerre est déclarée sur fond de rivalités en Afrique. Le 15e Sommet Chine-Afrique du 3 au 5 décembre, en Afrique du Sud, montre que les Chinois sont prêts pour la bagarre.

La BAD et l'AFD vont doper leur partenariat en vue de propulser, plus en avant, le développement du continent africain. En pole position des cinq priorités retenues, l'électricité et l'énergie.

Les chefs d'Etat africains vont avoir un agenda particulièrement chargé pendant la première semaine de décembre. Entre la COP 21 et le Sommet Chine-Afrique, le choix ne sera guère facile. Il faudra participer aux deux événements.

C'est un petit nettoyage en règle auquel se livre le chef de l'Etat, Uhuru Kenyatta, actuellement, à mi-mandat. Six ministres partis du gouvernement pour des affaires de corruption. C'est du jamais vu.

A six jours de l'ouverture de la COP 21, à Paris, la Banque mondiale annonce sa volonté de mobiliser 16 milliards de dollars pour financer le changement climatique en Afrique.

Le ministre des Finances est en train de faire ses calculs. Les recettes de l'Etat chutent à cause de la baisse du prix du baril. Contre mauvaise fortune il fait bon cœur. Mais jusques à quand ?

A deux semaines de l'ouverture de la COP 21, en France, le Cameroun fait ses comptes : 320.000 personnes sont, sérieusement, victimes des changements climatiques pour une population de plus de 22 millions d'habitants. L'ONACC va aider le gouvernement à anticiper.

C'est un triste record qui est difficile à battre dans le monde de l'aéronautique. La très ambitieuse South African Airways (SAA) a été managée par sept PDG différents en quatre ans.

Après son entretien avec le président congolais, le 7 juillet à, l'Elysée,  François Hollande a « salué la mobilisation de la République du Congo en faveur du succès de la Conférence de Paris sur le climat ». Mais de quelle manière Sassou Nguesso s'est-il donc mobilisé pour être ainsi salué ?

L'Algérie procède à des retours forcés, de temps en temps, des Nigériens sans papiers, pour se protéger, sinon, sa situation intérieure deviendrait, rapidement, ingérable.

L'Egypte va-t-elle se remettre facilement du drame survenu à Charm el-Cheikh ? Depuis l'annonce des 224 morts de ce 31 octobre, rien d'établi sur les causes exactes du crash. On continue de tourner en rond.