LIONS INDOMPTABLES DU CAMEROUN : Les Néerlandais Clarence Seedorf et Patrick Kluivert, un choix de transition ?

Au Cameroun, le choix du sélectionneur des Lions indomptables de football est une question, suprêmement, politique. Après l'option ratée du Belge, Hugo Broos, le Comité de normalisation de la FECAFOOT et le ministère des Sports, se devaient de bien réfléchir avant de désigner l'heureux élu d'autant plus que la CAN 2019 se jouera sur les terres camerounaises. Qu'ils soient du Nord, du Sud, de l'Est ou de l'Ouest, les Camerounais veulent gagner cette CAN. Mais avec quel sélectionneur ? That was the question !

En réalité, cette question est épique. Elle soulève des débats sans fin. Dans un pays où on compte autant de sélectionneurs que d'habitants, soit, près de 24 millions de personnes, la tâche du Comité de normalisation de la FECAFOOT et du Ministère des Sports, ne relevait pas de l'anecdote. Elle était (est toujours) au centre des débats sur les plateaux de télévision, des radios, dans la presse écrite, dans les réseaux sociaux, et dans les bars et autres lieux de distraction. Au Cameroun, on ne badine pas avec le sport roi. Contrairement aux années passées, le « Château » (Palais d'Etoudi où travaille le président Paul Biya) est resté discret, laissant, aux organisations directement concernées de faire, tranquillement, leur choix, et de porter, le cas échéant, le chapeau en cas d'échec en juillet prochain.

Le choix du sélectionneur trahit l'état psychologique du Cameroun tel qu'il se présente au monde. Quand on s'appelle « Lions indomptables du Cameroun » avec des performances honorables sur le plan africain et international, doit-on continuer à recruter des mercenaires étrangers pour faire gagner le Cameroun comme s'il n'existait pas des Milla, Akono, Mboma, Eto'o, Nkono, etc. pour donner un fond de jeu à l'équipe du Cameroun ? A l'heure où la Tunisie, l'Algérie, la Côte d'Ivoire, le Sénégal, la RDCongo (et plusieurs autres), ont nationalisé le poste de sélectionneur national, qu'attend le Cameroun pour faire (enfin) confiance à l'un de ses fils ? Le débat au sein des instances nationales de décision, aura été âpre pour finir par un jugement à la Salomon : deux Noirs vont diriger les Lions indomptables avec la seule différence qu'ils ne sont pas d'Afrique mais des Antilles néerlandaises. Des Afro-Descendants ! C'est sans doute le passage choisi avant de confier, prochainement, l'équipe aux encadreurs camerounais. Passer ce cap dès maintenant était risqué, la CAN 2019 venant à grands pas. On verra après...

Le ticket Clarence Seedorf-Patrick Kluivert (notre photo), qui n'a que peu d'expérience sur le banc, aura la lourde tâche de défendre le titre de champion d'Afrique des Lions, à domicile, lors de la CAN-2019.

Seedorf, 42 ans, ancien milieu de l'Ajax d'Amsterdam, de l'AC Milan ou du Real Madrid, a, notamment, remporté quatre Ligues des champions en tant que joueur. Retraité depuis 2014, il a entraîné en Italie (AC Milan), son ancien club fétiche, en Chine (Shenzhen) et en Espagne (Deportivo La Corogne) et va, donc, découvrir le football africain.

Son adjoint, Kluivert, ex-buteur de l'Ajax, du FC Barcelone ou de l'AC Milan, a remporté la C1 en 1995 et a atteint les demi-finales du Mondial 1998 en France avec les Pays-Bas. Il a été l'éphémère sélectionneur de Curaçao avant de devenir directeur du football au Paris SG entre 2016 et 2017.

Les 24 millions de sélectionneurs du Cameroun croient-ils, sincèrement, que leur ministre des Sports, Docteur, Ismaël Bidoung Mpwatt, et le président du Comité de normalisation de la FECAFOOT, Me Dieudonné Happi, ont fait le bon choix en allant piocher deux Afro-Descendants au lieu de passer le cap comme les fédérations sénégalaise, ivoirienne, rdcongolaise, algérienne et tunisienne ? Rendez-vous en juillet 2019 au Stade Paul Biya d'Olembé à Yaoundé.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires