LE PAPE FRANCOIS EN AFRIQUE : Pas d'escale à Brazzaville

Le pape François se rendra du 25 au 30 novembre au Kenya, en Ouganda et en Centrafrique, pour sa première visite sur le continent africain, a annoncé, ce jeudi matin, 10 septembre, le Vatican. Il ne visitera pas, seulement, l'Ouganda et le Centrafrique, mais un troisième pays s'est ajouté à la liste initiale : le Kenya que venait de visiter le président américain, Barack Obama. Ceci explique-t-il cela ?

Le président du Congo, Denis Sassou Nguesso, a fortement souhaité que le pape s'arrête, au moins, quelques heures, à Brazzaville. Malgré les moyens mis pour que cette visite se fasse, le Vatican n'a trouvé aucune ouverture dans le très chargé agenda du Très Saint Père.

Selon certaines sources, une telle visite, au lieu d'unir le peuple congolais autour de son église et de son chef suprême, le pape, aurait, plutôt, créé de la controverse, de la polémique. Au Congo, le pouvoir n'a jamais eu la main légère à l'endroit des prélats. Deux exemples célèbres : Mgr Ernest Nkombo qui présida la Conférence nationale souveraine de 1991, ne survécut pas à l'empoisonnement du président Denis Sassou Nguesso. Quant au cardinal Emile Biayenda, il fut, également, assassiné par l'actuel homme fort du Congo. A plusieurs reprises, le président s'est rendu au Vatican ces dernières années où il est toujours bien reçu : la Maison de Dieu est ouverte à tous. Tout le monde y a accès, même les pires criminels des temps modernes.

Depuis son élection en mars 2013, le pape François s'est rendu, plusieurs fois en Asie, en Amérique latine et en Europe, mais encore jamais, en Afrique.

Ces trois pays, deux anglophones et un francophone, comptent d'importantes communautés catholiques et connaissent des tensions civiles meurtrières.

Le Kenya est en première ligne dans la lutte contre les shebab en Somalie, qui ont multiplié les attaques meurtrières dans le pays depuis que l'armée kényane est entrée en Somalie en octobre 2011 pour les combattre.

En Ouganda, autre pays sous la menace des shebab de Somalie, le pape devrait commémorer la canonisation des premiers saints africains - 22 jeunes gens tués en 1878 - par le pape Paul VI en 1964.

En Centrafrique, le pape va prier avec les chrétiens centrafricains pour la renaissance de ce très beau pays que d'aucuns maintiennent dans la souffrance.

Commentaires

akoli-ndeguet (non vérifié)
Le pape à finalement compris qu'il ne faut pas faire honneur à un monstre qui veut briguer un cinquième mandat( deux de 1979 à 1992), un de 1997à 2002 et deux de 2002à 2016. pourquoi on parle de 3eme mandats alors qu'il veut en briguer un sixième? Nous ne donnerons pas la sixième joues comme le demande le doux Jésus.

Ajouter un commentaire