Vous êtes ici

AFRIQUE DU SUD : Jacob Zuma qualifié de Chef de Gang par le Conseil des églises.

Ce n'est pas encore le coup de grâce. Mais Jacob Zuma n'est pas sûr d'éviter la destitution que prône son opposition. Son dernier remaniement ministériel (apparemment sans raison valable) qu'il a effectué, il y a quelques semaines, et qui a abouti à l'éviction du puissant et très intègre ministre des Finances, Pravin Gordhan, est, sans doute, la goutte d'eau qui peut faire déborder le vase. L'opposition, sans tarder, a déposé une motion de censure à l'Assemblée nationale et a demandé que le vote se fasse à bulletin secret. La justice examine cette possibilité et donnera son avis, bientôt, afin que le vote se tienne, probablement, courant juin. Cette possibilité permettra aux députés de l'ANC (dont beaucoup n'apprécient plus leur leader Jacob Zuma) de voter (à bulletin secret cette fois) en leur âme et conscience. Par le passé, ce type de vote s'est toujours effectué à main levée, devant les yeux de tout le monde.

Ce sont les églises chrétiennes qui se manifestent. Contre Jacob Zuma. Au nombre de 36, elles ont publié un rapport sur la corruption, particulièrement, accablant pour Jacob Zuma et sa gouvernance.
Avec ce rapport, présenté jeudi, 18 mai, dans une église symbole de la lutte anti-apartheid, à Soweto, et compilé depuis un an, les Eglises dénoncent la corruption au sein du gouvernement, l’enrichissement personnel, le pillage des ressources de l’Etat et la capture du gouvernement par la famille Gupta, proche du président. Une condamnation sans appel.

Pour le secrétaire général du Conseil des Eglises, l’évêque Malusi Mpumlwana, le gouvernement a perdu toute autorité morale : « Ces actions semblent être motivées par des intérêts extérieurs, stratégiquement, placés en haut de l’exécutif, et qui visent à régulièrement piller les sociétés d’Etat, que tout gouvernement légitime doit en principe protéger. Il est clair que ce gouvernement a perdu toute boussole morale. Et la question est la suivante : les agissements du gouvernement sont-ils en violation de ses obligations constitutionnelles  » ?

Afriqueeducation.com le dit régulièrement : Jacob Zuma est un indigne successeur de Nelson Mandela. Il est un accident de parcours à la tête de la grande nation sud-africaine. Plutôt les Sud-Africains abrégeront son itinéraire, mieux ça vaudra pour eux et pour le reste du continent.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.