AFRIQUE DU SUD : La justice rejette la demande d’appel de l’ex-président Jacob Zuma

Poursuivi pour corruption dans une affaire de ventes d’armes, Jacob Zuma avait fait appel de la mise en accusation. Sa demande a été rejetée ce vendredi.

Le très controversé ancien président sud-africain, Jacob Zuma, a vu sa demande d’appel rejetée par un tribunal sud-africain, vendredi, 29 novembre. Il tente d’échapper à un procès pour corruption dans une vieille affaire de contrat d’armement, aux multiples rebondissements judiciaires.

Dans un très bref verdict, la Haute Cour de Pietermaritzburg (est) a annoncé que « la demande de M. Zuma de faire appel a été rejetée ». L’ancien président, au pouvoir de 2009 à 2018, a encore la possibilité de faire appel auprès d’une instance judiciaire supérieure.

L’affaire de vente d’armes hante le président depuis plus d’une décennie. En 2006, Jacob Zuma est inculpé pour avoir accepté des pots-de-vin de la société française Thales, en marge d’un contrat d’armement. Il est soupçonné d’avoir reçu 783 versements de son conseiller financier, Schabir Shaik, condamné par la suite à quinze ans de prison. Juste avant les élections de 2009, toutes les charges retenues contre Jacob Zuma sont abandonnées pour vice de forme. Mais en octobre 2017, la justice, saisie par l’opposition, a rouvert la voie à un procès. La balle est désormais dans le camp du parquet, dont le procureur général, Shaun Abrahams, est surnommé par ses détracteurs le « mouton » de Zuma.

Englué dans les scandales, le président Zuma a été poussé à la démission mi-février après un long bras de fer avec son propre parti, le Congrès national africain (ANC, au pouvoir), et son successeur, Cyril Ramaphosa, qui a promis d’en finir avec la corruption.

Le président sud-africain traîne derrière lui une réputation sulfureuse nourrie de nombreuses accusations de corruption. Alors qu’il n’est pas encore président, Jacob Zuma a été accusé de viol par une jeune femme séropositive. Blanchi par la justice en 2006, il scandalise le pays en affirmant pendant son procès qu’il a « pris une douche » pour éviter toute contamination par le virus VIH. Il est alors à la tête du Conseil national contre le sida. Bref, Jacob Zuma est tout simplement un phénomène.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires