AFRIQUE DU SUD : Une députée de l'ANC claque la porte à cause de la corruption dans le parti

En Afrique du Sud, l'une des voix dissidentes anti-Zuma de l'ANC a décidé de claquer la porte du parti. En effet, la députée, Makhozi Khoza, a annoncé, jeudi, 21 septembre, matin, sa démission. Un acte courageux qui est, somme toute, logique.

Elle avait été sanctionnée par l'ANC pour s'être prononcée contre le président lors du dernier vote de la motion de défiance et a, souvent, appelé à la démission de Jacob Zuma. Malheureusement, Zuma est, toujours, en place, plus corrompu que jamais.

"Je suis venue dire au revoir à ce nouvel Alien et au parti corrompu qu'est l'ANC, je m'en vais". Un beau geste qui l'honore.

Makhozi Khoza (notre photo) était membre de l'ANC depuis son adolescence.

Elle a, aussi, assuré qu'elle ne voulait plus continuer avec des leaders qui "ont perdu toute crédibilité et légitimité". Traduction : soutenir l'accession, en 2019, de Dlamini-Zuma qui est, fortement, appuyée dans son ambition d'accéder à la tête de l'Afrique du Sud par son ancien mari. Zuma sait qu'une telle transition lui évitera beaucoup de comparutions auprès de la justice sud-africaine car son ex-épouse bloquera certaines affaires.

Makhozi Khoza a poursuivi en ironisant que si les membres de l'ANC étaient poursuivis en justice, la plupart d'entre eux devraient abandonner leurs costards et se vêtir de la tenue de prisonniers.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires