AFRIQUE-ISRAEL : Vers un Sommet Israël-Afrique à Lomé en 2017

Continent d'avenir, terre par excellence de la croissance mondiale pendant ce troisième millénaire, l'Afrique va accueillir le partenaire israélien, grâce à la facilitation et les bons offices du Togo. Petit pays en superficie, mais de grande renommée pour sa très rayonnante diplomatie, le Togo est doté des infrastructures aéroportuaire, portuaire et hôtelière, adéquates et aux normes internationales, nécessaires pour accueillir les plus grands rendez-vous du continent, comme le prochain Sommet contre la piraterie maritime, du 15 octobre 2016. Les Israéliens ne se sont donc pas trompés, en confiant, aux mêmes autorités togolaises, le soin d'accueillir, en 2017, le tout premier Sommet Israël-Afrique, en terre africaine. A Lomé, on s'active déjà.

Dans son offensive diplomatique, le président, Faure Essozimna GNASSINGBE, a effectué une visite officielle, du 7 au 11 août 2016, en Israël, à l’invitation de son frère et ami, le premier ministre israélien, Benyamin NETANYAHOU (notre photo). Cette visite est la deuxième du genre après celle de 2012.

Cette visite de quatre jours fut d'une densité remarquable. En effet, plusieurs rencontres de haut niveau, des visites d’entreprises et des lieux saints, ont meublé le séjour du chef de l'Etat togolais en terre israélienne.

S’agissant des rencontres de haut niveau, Faure GNASSINGBE a eu de nombreux tête à tête, aussi bien, avec le chef de l'Etat, Reuven Rivlin, qu'avec le premier ministre chef du gouvernement, Benyamin Netanyahou. Il en est de même avec plusieurs grands responsables du ministère israélien des Affaires étrangères. Objectif : faire le point de la coopération très ancienne qui existe entre le Togo et Israël et, surtout, surtout, mettre en place, une stratégie de consolidation de celle-ci.

C'est vrai que les relations entre les deux pays sont excellentes, mais, il est grand temps de dépasser le simple domaine politique et diplomatique, qui les a, jusque-là, caractérisées, en les élargissant à d'autres domaines. Le potentiel existe et ne demande qu'à s'exprimer. Il est, facilement, exploitable dans les domaines de l'agriculture, de la santé publique, de l’éducation et de l’enseignement supérieur, des sciences technologiques, de l’économie numérique, du développement communautaire, de la sécurité, de la protection et de la promotion sociale, de l’intégration de la femme au processus de développement. Bref, il y a de quoi faire. Et grâce à la volonté politique des deux capitales, il y a lieu d'être optimiste sur le changement radical de la nature de ce partenariat qui se veut, de part et d'autre, gagnant-gagnant. Cette expression empruntée à la coopération sino-africaine veut trouver son prolongement dans la coopération entre Israël et l'Afrique.

Conscientes du retard pris dans la pénétration du marché africain, les autorités israéliennes entendent faire d'une pierre deux coups. En musclant leur coopération avec le Togo, mais aussi et surtout, en choisissant de faire de ce pays, une sorte de rampe de lancement pour conquérir le marché africain.

C'est la raison pour laquelle, sans perdre de temps, le président togolais et le premier ministre israélien, ont convenu de l’organisation, à Lomé, d’un Sommet israélo-africain sur le thème, ‘Sécurité et Développement’, en vue du renforcement des liens de coopération entre Israël et l’Afrique.

Il faut battre le fer quand il est chaud, dit l'adage populaire. Les deux pays entendent se saisir du dynamisme relationnel retrouvé dans leur partenariat pour oeuvrer à l'effectivité de l'organisation de ce grand rendez-vous continental en 2017. Désormais, les chefs d'Etat africains devront noter qu'il existe, certes, un Sommet France-Afrique, Europe-Afrique, Etats-Unis/Afrique, Chine-Afrique, Inde-Afrique, Japon-Afrique (TICAD), Turquie-Afrique, mais aussi, et surtout, Israël-Afrique. Le positionnement de l'Etat hébreu va, sans doute, sonner le tocsin du côté des partenaires africains du Moyen-Orient, jusqu'à, aujourd'hui, bien timides, pour l'essor du continent.

L'avantage de coopérer avec Israël, c'est de ne pas tourner en rond. Etat qui s'est bâti sous nos yeux, en un temps trois mouvements, il est le parfait exemple de ce que le développement, et plus précisément, l'industrialisation, de l'Afrique est possible, à condition de bien s'y prendre. C'est avantageux que l'Afrique soit accompagnée par un pays qui en a expérimenté le processus, jusqu'à son succès. Il n'y a pas meilleur accompagnateur que l'Etat hébreu, dans ce domaine. Bref, l'Afrique est preneur.

Faure Gnassingbé et Benyamin Netanyahou ne pouvaient pas ne pas aborder la situation internationale. Ils ont, donc, exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence des actes terroristes et à la persistance des crises qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité et le développement du monde. La paix et la sécurité sans lesquelles on ne peut parler ni de développement, ni de l'industrialisation. On comprend, aisément, où se trouvent les préoccupations des deux hommes d'Etat, dont le souci est commun. Ils ont, à cet égard, réaffirmé leur ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et appelé à la coordination des efforts et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ce fléau.

Evoquant la prochaine conférence extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritime et le développement en Afrique, qui aura lieu, à Lomé, le 15 octobre 2016, le premier ministre israélien a salué les efforts (inlassables et titanesques) que déploie le peuple togolais, à l'instar de son chef d'Etat, et de ses dynamiques diplomates, pour en assurer la bonne organisation, et rendre opérationnelles les résolutions dont la Charte, qui y sortiront. Il va sans dire que l'Etat d'Israël est aux côtés du Togo, pour le succès de ce Sommet dont c'est le premier du genre que l'Afrique accueillera sur son sol.

Ayant implémenté la diplomatie économique dont la mise en œuvre est réalisée, au quotidien, par le ministre des Affaires étrangères, le professeur, Robert Dussey, le président, Faure Gnassingbé, ne pouvait pas limiter ses entretiens aux seules personnalités politiques, sans rencontrer les dirigeants d'entreprises, entre autres, les responsables du Port de Haifa et de la société Cybergim.

Par AKAKPO Koffi

Commentaires

great (non vérifié)
Avis de recrutement 2016-2017 La société Great Wall Motors lance au titre de l’académie 2016-2017 un recrutement en recherchant des gents qui ont au moins un diplôme scolaire et autre diplôme pour travailler dans cette société. Apres vos inscription Certain papiers sont à fournir gratuitement au postulant de cette année comme : le billet d'avion aller-retour, carte de séjour, hébergement et l'aide pour sont visa (Pays de provenance-ANGLETTERRE LISBURN).Contacter le chef représentant pour votre inscription : E-mail: greatwallmotors599@yahoo.com
DJONOUO MAGELAN (non vérifié)
IL n a pas meilleur accompagnateur que l Etat hebreu c est vrai c est une grace le peuple elu par D ieu lui meme s il nous reconnais c est tres important pour notre sort nous avons les freres et les soeur qui aspirent s alligner derriere le bien fait la verite la justice et la droiture qui est comme toi ISRAEL PEUPLE UN SUR LA TERRE Nous avons les ames Juive en afrique vous etes les bienvenus nous avons les hommes valable pour se joindre a vous pour atteindre objectif qui nous attendus pas le chef d Etat hebreu au cameroun et ses environs je rend grace au Seigneur parce que je sais aue c est lui seul qui exorce la priere de son peuple ISRAEL et nous faisons partir des observantes du shabbat en Afrique

Ajouter un commentaire

Les plus populaires