Vous êtes ici

BRESIL : La Cour suprême donne son feu vert à l'incarcération de l'ex-président Lula

Coup de tonnerre au Brésil : l'ancien chef d'Etat, Lula, pourrait se retrouver en prison, à six mois d'une élection présidentielle pour laquelle il est donné favori. En effet, l'ancien président brésilien a été condamné, ce jeudi, 5 avril, dans la journée. Néanmoins, malgré les menaces des juges, il a réaffirmé son intention de se présenter aux prochaines élections, qui se tiendront en octobre prochain.Afriqueeducation.com pose la question qui fâche : Lula est-il vraiment corrompu comme le soulignent ses adversaires politiques ou s'agit-il d'un acharnement judiciaire ?

Le fabuleux destin de Lula vient de s'arrêter net. L'ex-président brésilien pourrait se retrouver, prochainement, derrière les barreaux, à six mois d'une élection présidentielle pour laquelle il est donné en tête des intentions de vote. Jeudi, 5 avril, la Cour suprême du Brésil a rejeté sa demande d'habeas corpus pour lui éviter la prison. L'icône de la gauche, âgée de 72 ans, devra purger une peine de ...douze ans et un mois de prison pour avoir reçu un luxueux appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de bâtiment, en échange de faveurs dans l'obtention de marchés publics. Lula nie.

La décision de la Cour suprême est loin d'être unanime : la demande a été rejetée par six voix contre cinq, à l'issue de débats qui ont duré onze heures. Bien que très serré, ce résultat est une victoire éclatante pour les procureurs de l'opération, "Lavage express", enquête tentaculaire qui a mis au jour un gigantesque scandale de corruption impliquant des hommes politiques de tous bords. Prise aussi dans la tourmente, sa successeure, Dilma Rousseff n'avait pas pu terminer son deuxième et dernier mandat, éjectée de la présidence à cause d'une affaire de corruption.

Lula, président de 2003 à 2010, nie ces accusations, invoquant l'absence de preuves et dénonçant un complot visant à l'empêcher de briguer un troisième mandat, huit ans après avoir quitté le pouvoir avec un taux de popularité record. "Je veux juste que la Cour suprême rende justice, avait déclaré Lula, lundi, 2 avril, à Rio de Janeiro. Je ne veux aucun bénéfice personnel et je souhaite qu'elle indique quel crime j'ai commis."

Cela dit, il semble bien que la cause soit entendue. Ce n'est pas en président du Brésil (comme il l'espérait vivement) qu'il foulera le sol africain prochainement. La justice en aura décidé autrement.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.