Vous êtes ici

BURKINA FASO : L'ancien premier ministre Isaac Zida est-il devenu un homme à abattre ?

Une procédure pour "désertion en temps de paix" contre l'ancien premier ministre burkinabè de transition, le général (de division) Isaac Zida (sur notre photo avec le président de transition Michel Kafando), réfugié au Canada, a été ordonnée par le président, Roch Marc Christian Kaboré. Il faut préciser que c'est après plusieurs mises en garde et avertissements revenus sans suite que le nouveau président s'est résolu à se lancer dans cette voie.

Le président, également ministre de la Défense, "a transmis une décision à la hiérarchie militaire lui demandant d'engager la procédure contre le général, Yacouba Isaac Zida, pour désertion en temps de paix et refus d’obéissance". Selon lui, il s'agit d'une "procédure disciplinaire tout à fait normale qui concerne tout militaire en situation d'absence irrégulière à son poste".

Selon un autre officier s'exprimant, également, sous couvert d'anonymat, et qui a confirmé la procédure : "même si l'intéressé venait à rentrer au bercail, cela n'éteindra pas la procédure en cours. En sa présence ou non, un conseil d'enquête (conseil de discipline) sera mis en place pour prononcer la sanction contre tout militaire en absence irrégulière en application du Règlement de discipline générale (RDG)".

Selon le RDG, le conseil d'enquête est présidé par un général plus gradé ou plus ancien que l'officier comparaissant et composé de quatre généraux dont deux doivent être plus anciens que lui.
Outre la radiation du tableau d'avancement, Isaac Zida qui est, également, passible devant le tribunal militaire pour infraction au code militaire risque "l'admission à la retraite d'office", une "radiation avec versement de ses droits légaux", ou encore, une "mise en non-activité par retrait ou suspension d'emploi"

Le général Isaac Zida a rejoint, en janvier, sa famille, au Canada, à la fin de la transition (décembre 2015) muni d'une permission délivrée par le président Kaboré. Sa permission a expiré, depuis le 15 février, et le président Kaboré l'a sommé, publiquement, à maintes reprises, de regagner sa base, sans succès.

Ancien numéro 2 du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l’ancienne garde prétorienne du président Blaise Compaoré -dissoute depuis au lendemain de son coup d'Etat manqué en septembre 2015-, Zida s’était emparé du pouvoir, le 1er novembre 2014, au lendemain de la chute de Blaise Compaoré, chassé par la rue après 27 ans à la tête du pays.

Après de fortes pressions des partis politiques, d'une partie de la société civile et de la communauté internationale, Isaac Zida avait cédé le pouvoir au bout de trois semaines à Michel Kafando, un ancien diplomate à la retraite qui l’a, aussitôt, nommé premier ministre. Le régime de transition a pris fin après l’élection de Roch Marc Christian Kaboré le 29 novembre 2015.

Des révélations sur des blanchiments d'argent, des détournements ou des enrichissements illicites éclaboussent depuis Isaac Zida et le gouvernement de transition.

En avril, un audit réalisé par l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption sur la "gestion de la commande publique" indique qu'au total, 63,1 milliards de F CFA (environ 96 millions d’euros), soit, 55,33% du montant global des commandes publiques passées pendant la période de la transition ont été faites sur la base d’ententes directes et d’appels d’offres restreints "en violation massive des textes".

Le rapport accuse, également, nommément, Isaac Zida, dix-huit membres de son gouvernement et des membres de leur famille de s’être fait attribuer des parcelles dans le quartier chic de Ouaga2000 (Sud de la capitale).

Isaac Zida est, également, soupçonné d'avoir été le "chef des opérations" du RSP pendant les manifestations anti-Compaoré de fin octobre 2014 pendant lesquelles une trentaine de personnes ont été tuées et plus de 600 autres blessées par les militaires.

Le procureur du Faso Maïza Sérémé Compaoré n'a pas exclu de lancer des poursuites devant les tribunaux pour ces morts et devant la Haute cour de justice pour les personnes tuées, les 1er et 2 novembre 2014, lors des manifestations contre sa prise de pouvoir après la chute de Compaoré.

Avec AFP

Commentaires

JDM (non vérifié)
Le Canada devient petit à petit le sanctuaire de tous les délinquants politiques criminels Africains , le général Zida, la famille Sassou , ce pays doit se rendre compte que le sentiment de revolte que les Africains manifestent contre la France risque de s'étendre dans ce pays , il est temps que le Canada mette dehors tous ces criminels.
le fils du pays (non vérifié)
Hypocrite comme l'homme dit blanc sur cette terre tu meurs. Oui,les criminels généralement qu'ils placent en position en Afrique,trouvent toujours refuge dans les sanctaires en occident ou lis viennent déposer le magot du pillage.
great (non vérifié)
Avis de recrutement 2016-2017 La société Great Wall Motors lance au titre de l’académie 2016-2017 un recrutement en recherchant des gents qui ont au moins un diplôme scolaire et autre diplôme pour travailler dans cette société. Apres vos inscription Certain papiers sont à fournir gratuitement au postulant de cette année comme : le billet d'avion aller-retour, carte de séjour, hébergement et l'aide pour sont visa (Pays de provenance-ANGLETTERRE LISBURN).Contacter le chef représentant pour votre inscription : E-mail: greatwallmotors599@yahoo.com

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.