Vous êtes ici

BURUNDI : Cinq chefs d'Etat pour faire plier le président pasteur « menteur suprême »

Cette visite relève d'une offensive diplomatique plus globale pour tenter de trouver une issue pacifique à la crise au Burundi, deux jours après la venue, à Bujumbura, du secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, et des représentants du Conseil de sécurité de l'ONU, quelques semaines plus tôt.

Le président sud-africain, Jacob Zuma (notre photo à son arrivée ce matin à Bujumbura), à la tête de cette délégation, est accompagné des présidents mauritanien, sénégalais, gabonais et du premier ministre éthiopien. Autrement dit, chaque région de l'Afrique est représentée et en tant que président en exercice de l'Union africaine, le président du Tchad, Idriss Déby Itno, fait partie des principaux initiateurs de cette mission. Si le « pasteur » président se débine, une fois de plus, il aura réussi à tromper tous les leaders du monde.

Mardi, Ban Ki-moon avait assuré avoir obtenu des garanties du président Nkurunziza qu'un "dialogue inclusif" serait de nouveau engagé. Mais les « garanties » de Nkurunziza ne valent rien car il ne sait pas respecter sa parole. La personne la plus indiquée pour parler des mensonges de Nkurunziza est l'ambassadrice des Etats-Unis aux Nations-Unies, Samantha Power. Le « pasteur » l'avait roulée dans la farine.

Les précédentes tentatives, sous l'égide de l'Ouganda, ont échoué. Encore que Yoweri Musveni était la dernière personne à qui il fallait confier ce genre de mission, sauf à permettre à Nkurunziza de gagner du temps. Ce qui a d'ailleurs été le cas. Le gouvernement burundais refuse jusqu'à présent de discuter avec une partie de son opposition impliquée, selon lui, dans une tentative de coup d'état, en mai 2015, et dans les violences actuelles.

"Nkurunziza est un jusqu'au-boutiste et sans de fortes pressions et de véritables sanctions, jamais, il n'acceptera de véritables négociations, qui sont les seules capables de sortir le Burundi de la crise" a jugé, jeudi, Léonard Nyangoma, président en exil d'une plateforme (le Cnared) regroupant la quasi-totalité de l'opposition burundaise.

Le Burundi a plongé dans une grave crise émaillée de violences lorsque le président a annoncé sa candidature, en avril 2015, pour un troisième mandat. Réélu en juillet, il a, ce faisant, violé la constitution, ainsi que, l'accord d'Arusha, qui mit fin à la guerre civile, entre 1993 et 2006 (300.000 morts), selon l'opposition, la société civile et une partie de son camp.

Les violences, désormais, armées, ont, déjà, fait plus de 400 morts et poussé plus de 240.000 personnes à quitter le pays. Des organisations de défense des droits de l'homme ont dénoncé l'existence de fosses communes, de nombreux cas d’exécutions sommaires et d'assassinats ciblés.

L'Union africaine (UA) avait décidé, en décembre, de déployer une force de 5.000 hommes, au Burundi, pour enrayer la spirale des violences. Mais, devant l'opposition farouche du président Nkurunziza, puis, celle de certains chefs d'Etat, lors de son dernier Sommet de l'UA, elle a renoncé à cette option.

Preuve que c'est une mission est dangereuse, Nkurunziza ayant refusé de respecter l'Accord d'Arusha dont Pretoria était le gardien, cet accord ayant été signé sous les auspices de Nelson Mandela, la présidence sud-africaine a jugé utile, de faire venir, par avion, plusieurs véhicules militaires tout-terrain surmontés de mitrailleuses, ainsi qu'une cinquantaine de soldats pour assurer la sécurité de M. Zuma, notamment, sur le trajet d'à peine 10km reliant l'aéroport au centre-ville. Les Sud-Africains n'ont, donc, pas confiance en Nkurunziza.

La délégation de l'UA devrait rencontrer, jeudi, des responsables politiques, les autorités religieuses et des membres de la société civile.

Un entretien avec le président Nkurunziza est, également, prévu, il devrait avoir lieu vendredi.

Commentaires

Kimpéné Ya Congo (non vérifié)
Quel Malheur en AFRIQUE NOIRE : PRÉSIDENTS à VIE ; Présidents Irresponsables au Pouvoir ; Mauvaise Gestion des biens des Pays ; Incapacité de Relever des Défis de la Prospérité des Pays et des Peuples et Vous Voulez Y Rester à VIE, Tous sont Minables ! Quelle HONTE !

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.