Vous êtes ici

BURUNDI : Quand les Nations-Unies confirment que Pierre Nkurunziza est un tueur de son peuple

Lors de sa 58e session tenue, à Genève, le Comité contre la torture a examiné le rapport spécial qu'il avait demandé au Burundi après avoir reçu "des informations alarmantes faisant état de possibles cas de torture à motivation politique ou ethnique".

Une délégation burundaise s'est présentée devant le Comité, le 28 juillet, mais, a annulé sa participation, le lendemain, pour protester contre la présentation d'un autre rapport établi par des représentants de la société civile burundaise, dont quatre avocats, et dénonçant des tortures et des disparitions.

Le procureur burundais a, immédiatement, demandé que les avocats soient radiés du barreau de Bujumbura, alléguant "leur implication dans (...) la participation à un mouvement insurrectionnel et une tentative de coup d'État".

L'ONU a, vivement, dénoncé ces représailles.

"Le Comité enjoint instamment l'Etat partie (Burundi) à protéger les membres de la société civile qui ont coopéré avec le Comité (...) et à cesser tout acte de représailles", exige-t-il dans son rapport rendu public vendredi.

Le document de 12 pages demande, par ailleurs, aux autorités burundaises d'ouvrir des "enquêtes indépendantes et impartiales" sur 348 exécutions extrajudiciaires et 651 cas de torture enregistrés, entre avril 2015 et avril 2016, qui auraient été commis, en majorité, par des membres de la police et des services de renseignement. Ces 348 exécutions extrajudiciaires confirment bien que Pierre Nkurunziza (sur notre photo avec une délégation du Conseil de sécurité venue à Bujumbura en 2015), le petit despote de Bujumbura, est un tueur de son propre peuple.

Les violences, au Burundi, ont éclaté, en avril 2015, après que le président sortant, Pierre Nkurunziza, eut décidé de se présenter pour un troisième mandat. Il a été réélu en juillet 2015.

Le Comité contre la torture dénonce, également, les "disparitions forcées d'opposants politiques", citant le chiffre de 36 cas entre avril 2015 et avril 2016, les "violences sexuelles par les forces de sécurité et des jeunes Imbonerakure" (miliciens), ainsi qu'une "rhétorique génocidaire" visant la minorité tutsi.

"Le Comité demande au Burundi de lui soumettre d'ici au 12 octobre un rapport spécial de suivi sur toutes les mesures prises pour mettre en oeuvre l'ensemble des recommandations" figurant dans le rapport.

Avec AFP

Commentaires

Sama (non vérifié)
Le peuple Burundi est sacrifié par la communauté internationale les Nations Unies en 1er. - un rapport des experts des NU sur un génocide organisé croupit dans leur tiroirs depuis 1996 : Pourquoi ? - Les services des NU au Burundi ont été les 1ers à parler de la distributions des armes au Burundi par ce même Gvrt pour ensuite se rétracter : Pourquoi ? - Elles ont reçu nombre de rapports et de lettres relatifs au génocide en préparation, désormais en cours sans réagir, Pourquoi ? - Des observateurs des droits de l'homme crédibles au Burundi parlent de plus de 1000 morts depuis avril 2015 mais les NU se limitent délibérément à moins de 500, Prquoi ? Et ainsi de suite. - J'ai commencé par le rapport de 1996 car les mêmes NU savent que ces gens au pouvoir , Nkurunziza en 1er se retrouvent dans les présumés coupables déjà à l'époque ! - Qu'attendre d'elles au final Quand on vote des résolutions d'enquêteurs sur des réalités connues, pertinemment convaincu que ça donne encore du temps pour des exactions.....
Sama (non vérifié)
Le peuple Burundi est sacrifié par la communauté internationale les Nations Unies en 1er. - un rapport des experts des NU sur un génocide organisé croupit dans leur tiroirs depuis 1996 : Pourquoi ? - Les services des NU au Burundi ont été les 1ers à parler de la distributions des armes au Burundi par ce même Gvrt pour ensuite se rétracter : Pourquoi ? - Elles ont reçu nombre de rapports et de lettres relatifs au génocide en préparation, désormais en cours sans réagir, Pourquoi ? - Des observateurs des droits de l'homme crédibles au Burundi parlent de plus de 1000 morts depuis avril 2015 mais les NU se limitent délibérément à moins de 500, Prquoi ? Et ainsi de suite. - J'ai commencé par le rapport de 1996 car les mêmes NU savent que ces gens au pouvoir , Nkurunziza en 1er se retrouvent dans les présumés coupables déjà à l'époque ! - Qu'attendre d'elles au final Quand on vote des résolutions d'enquêteurs sur des réalités connues, pertinemment convaincu que ça donne encore du temps pour des exactions.....
Fausto (non vérifié)
Attendre des Nations-Unies qu'elles interviennent pour arrêter un génocide en gestation, c'est oublier que nulle part au monde, pareille chose ne s'est JAMAIS produit et surtout pas au Rwanda voisin où en 1994, les 2500 soldats onusiens pré-positionnés dans ce pays pour prévenir le pire, ont détalé comme des lapins dès les premiers coups de machette des miliciens génocidaires du Hutu power. C'est aux Burundais eux-mêmes de structurer intelligemment leur lutte en évitant les écueils de la division et des ambitions politiciennes pour résister face au tyran qui fait mourir à petit feu son propre peuple. Se libérer soi-même ou... RIEN, c'est là seule alternative comme au Rwanda, en Algérie ou au Vietnam. Compter sur l'ONU, la "Communauté internationale" ou d'autres ronds-de-cuir qui hantent les conférences, c'est se tromper en trompait son peuple.
CADHA AFRICA (non vérifié)
LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE ET LES NATIONS UNIES EN PREMIÈRE POSITION, SONT RESPONSABLES DES MASSACRES EN AFRIQUE. SI LA JUSTICE, LA VRAIE, EXISTAIT ET SI L'ORGANISATION DES NATIONS UNIES AUSSI RESPECTAIT SES TEXTES CONSTITUTIFS, L'AFRIQUE NE DEVAIT PAS CONNAITRE DES MASSACRES, DES VIOLENCES ET DE LA MISÈRE... TENEZ COMMENT COMPRENDRE QUE L'ONU QUI A TOUS LES MOYENS DE SANCTIONNER CEUX QUI VIOLENT LES LOIS, DROITS HUMAINS ET LA DÉMOCRATIE DE NOS NATIONS, TOLÈRE LE TOTALITARISME PARTOUT. EN RD CONGO L'ONU SAIT QUE JOSEPH KABILA N'A JAMAIS GAGNÉ LES ÉLECTIONS; L'ONU QUI SAIT QUE SASSOU NGUESSO AU CONGO-BRAZZAVILLE N'A JAMAIS GAGNÉ LES ÉLECTIONS; IDRISS DEBY AU TCHAD N'A JAMAIS GAGNÉ LES ÉLECTIONS; BONGO FILS AU GABON N'A JAMAIS GAGNÉ LES ÉLECTIONS; ETC.. PLUS GRAVE ENCORE, LES NATIONS UNIES SAVENT QUE L'AFRIQUE DISPOSE D'UNE CONVENTION ( CHARTE AFRICAINE) QUI INTERDIT LES TROISIÈMES MANDATS, TOUT LE MONDE LE SAIT. CURIEUSEMENT, LES GRANDES NATIONS DE CE MONDE QUI DISPOSENT DES «VETO» AUX NATIONS UNIES, REGARDENT CES DESPOTES MASSACRER DES HUMAINS, PROCÉDER AUX ASSASSINATS CIBLÉS ET PLACER ARBITRAIREMENT LES OPPOSANTS EN PRISON... AINSI, NOUS POUVONS DIRE QUE CE QUE FONT LES SASSOU NGUESSO, BONGO, NKURUNZIZA, KABILA, BIYA, IDRISS, ISSOUFOU, OUATTARA, DOS SANTOS, MUSEVENI, KAGAME, ETC... A UNE CAUTION DE L'ONU. ET, C'EST MALHEUREUX POUR LA PLANÈTE TERRE... POURTANT LA BONNE POLITIQUE DU GAGNANT-GAGNANT EST POSSIBLE AU LIEU DE SOUTENIR LES DESPOTES...

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.