Vous êtes ici

BURUNDI : Quand Nkurunziza conduit le pays vers l'abîme...

Au moins, quatre civils ont été tués, à Bujumbura, au cours de violents affrontements qui ont opposé dans la nuit de samedi à dimanche, les forces de l'ordre aux insurgés armés, qui combattent le pouvoir du président, Pierre Nkurunziza, selon la police et des témoins.

Selon le porte-parole adjoint de la police, Moïse Nkurunziza, tout a commencé quand la police est allée arrêter un groupe de jeunes, qui tenaient une réunion pour préparer une attaque à la grenade, dans un bar de Ngagara, un quartier contestataire du Nord de la capitale burundaise.

"Les policiers se sont faits tirer dessus par des criminels armés qui ont également lancé des grenades", puis, la violence s'est répandue comme une traînée de poudre de quartier en quartier, a-t-il poursuivi, citant notamment Nyakabiga, Jabe et Bwiza (Centre), et les quartiers de Musaga et Kanyosha dans le Sud. Cette version de la police est contestée par les témoins qui affirment sous anonymat que la police se livrait à un chasse à l'homme, afin de récupérer les armes, avant de provoquer la résistance des jeunes.

Selon plusieurs habitants contactés par téléphone, cette flambée de violence a duré plus de deux heures et a été ponctuée de tirs d'armes automatiques et de mitrailleuses, d'une quinzaine d'explosion de grenades et d'obus de mortier. C'est la preuve que le pouvoir fait face à la résistance des groupes armés qui refusent de se laisser faire.

Le Burundi est devenu ingouvernable à cause de l'entêtement de Pierre Nkurunziza de s'octroyer un troisième mandat que lui interdisaient la constitution et les Accords d'Arusha. Même son propre parti, le CNDD/FDD est scindé en deux, entre les pro et les anti 3e mandat. Nkurunziza ne tient plus que par la force des armes et n'est pas à l'abri d'un coup d'état militaire.

Les Belges viennent d'être invités à quitter le Burundi. En effet, Pierre Nkurunziza reprocherait au gouvernement belge de prendre fait et cause pour la rébellion et l'opposition. C'est une véritable fuite en avant au moment où l'ONU, l'UE et l'UA demandent à Nkurunziza de se mettre autour d'une table, pour trouver une solution à la violence provoquée par son 3e mandat. Violence qu'il ne peut, visiblement, plus contenir. Car la situation le dépasse.

Commentaires

kimpéné Ya Congo (non vérifié)
il y a une seule Méthode de Négliger les Hommes Politiques Noirs d'Afrique, c'est de leur Faire Croire qu'ils ont aussi raison d'être non Ambitieux, ni Aimable, ni Capable d'Aimer leur Pays, ni leur Propre Peuple qu'ils Trompent pendant toutes leurs Mandatures. Ils sont tout simplement Minables au point où la Respectabilité du Continent NOIR ( Afrique Sub-Saharienne ) n'est jamais ni pris au sérieux, ni respecté dans le Monde entier. Que ViVent ses Adorables et Bons Présidents à Vie et Corrompus qui n'aiment ni leurs Pays , ni leurs Peuples ! Que Dieu les Punissent à Vie !
peuple congolai... (non vérifié)
é k fè la fameuz com minoté international en déhor d simpl dclaratio?

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.