Vous êtes ici

CAMEROUN : Le BIR venge les 32 morts de Bodo en frappant sévèrement Boko Haram

Touchée dans son orgueil, après le quadruple attentat d'hier, dans la localité de Bodo, dans l'Extrême-Nord, qui a provoqué la mort de 32 personnes, en plein marché, y compris les 4 kamikazes, l'armée camerounaise à travers sa redoutable composante appelée BIR (Bataillon d'intervention rapide), n'a pas tardé à riposter (notre photo). Les dégâts qu'il a provoqués chez Boko Haram, parlent d'eux-mêmes : 17 terroristes tués, une dizaine d'arrestations de terroristes effectuée et la saisie d'un impressionnant arsenal de guerre, des armes, des munitions de tous calibres, et des véhicules récupérés. Tel est l'essentiel du communiqué du gouvernement camerounais, lu, ce mardi, 26 janvier, sur les antennes de la CRTV (Cameroon Radio Television). On peut dire que l'honneur de l'armée camerounaise est sauf car l'attentat qui a fait 32 morts a suscité, hier, un important émoi au sein de l'opinion publique.

Dans le même communiqué, les autorités camerounaises ont révélé que les deux policiers enlevés par les terroristes, le 4 janvier 2016, dans la localité de Dabanga, frontalière du Nigeria, ont été retrouvés morts, en territoire nigérian. Leurs corps ont été rapatriés au Cameroun.

Dans leurs opérations de ratissage, les forces camerounaises de défense et de sécurité ont pu mettre en déroute des colonnes de Boko Haram dans la localité d'Achigacha, considérée comme « une zone stratégique » pour les terroristes qui, profitant de la proximité de cette bourgade avec le Nigeria, s'en servaient comme base arrière. Certains terroristes ont, néanmoins, pu fuir, dans la brousse qu'ils connaissent si bien, pendant la riposte de l'armée camerounaise.

Il faudrait que la Force multinationale mixte puisse s'organiser de façon à pénétrer dans les zones forestières jusqu'alors infranchissables, où Boko Haram a implanté sa base arrière et d'où partent, souvent, ses attaques. Tant que la forêt de Sambisa n'aura pas été, totalement, nettoyée et rendue à ses véritables occupants, le Nigeria, le Cameroun, le Tchad et le Cameroun, ne pourront, jamais, être 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sur leurs gardes pour éviter tous les attentats.

Cela dit, tout le monde s'accorde à dire que la capacité de Boko Haram de mener des attaques conventionnelles comme une armée régulière, avec chars et véhicules blindés, etc. a été anéantie. A l'époque, il ne lui manquait que des hélicoptères de combat. Mais, aujourd'hui, elle en est réduite à attacher des ceintures explosives autour des tailles des fillettes de 10 ans pour commettre ses attentats, ce qui montre son degré d'affaiblissement et de ...lâcheté.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.