CAMEROUN : Le parti d'Adamou Ndam Njoya refuse les condoléances du sultan roi des Bamoun

Le sultan, Ibrahim Mbombo Njoya, a adressé ses condoléances sous forme de communiqué public au parti UDC (Union démocratique du Cameroun), suite au décès de son président, qui n'est autre que son propre frère cadet, le docteur, Adamou Ndam Njoya. La réplique ne s'est pas faite attendre. Dans son communiqué rendu public, quelques heures plus tard, la direction de l'UDC qualifie de « Larmes de crocodile de Monsieur Ibrahim Mbombo Njoya » les propos contenus dans le communiqué du sultan.

Le sultan avait écrit ceci dans son communiqué : « Le Noun (département du défunt que peuplent les Bamoun dont le sultan est le roi, ndlr) pleure un de ses nobles fils et porte-étendard de notre communauté. Il nous quitte pour se rapprocher de son Dieu. Nous ne partagions pas souvent les mêmes points de vue dans certains domaines, ce qui est tout à fait naturel dans une société. Toutefois, le malheur qui nous frappe nous rassemble au-delà des clivages partisans, au-delà des différends propres à toutes les grandes familles. Par contre, l'histoire retiendra que le nom d'un digne fils du Noun en la personne du Dr Adamou Ndam Njoya figurera aussi en lettres d'or, dans le livre des Grandes Figures du Cameroun, qui auront contribué efficacement à la mise en place des institutions démocratiques de notre cher pays. Aussi, j'adresse mes prières à Dieu tout puissant pour le repos en paix de son âme » (fin de citation).

Après ce communiqué, réponse du berger à la bergère, l'UDC, le parti créé par l'illustre disparu, n'a pas tardé à répliquer, en rappelant au sultan, ses manquements à l'endroit de son chef, en des termes très vifs : « C'est avec une grande surprise que la famille de l'UDC a lu le communiqué de la soi-disant compassion de Monsieur Mbombo Njoya, chef de la délégation permanente du RDPC pour l'Ouest, suite au décès du Dr Adamou Ndam Njoya (sur notre photo avec son épouse Patricia). En effet, quelle immense «douleur » peut subitement s'emparer de la personne du cynique, Ibrahim Mbombo Njoya, lui qui a toujours fait de la disparition physique du Dr Adamou Ndam Njoya, son principal challenge. En témoignent : le complot ourdi par sieur Mbombo Njoya et compagnie, qui s'est soldé par l'attaque armée de sa résidence le 21 décembre 2006 avec l'assassinat de Monsieur Njifou Issa ; la déclaration publique du 2 janvier 2013 lorsqu'il promettait au Dr Adamou Ndam Njoya le même sort (assassinat) qu'avait connu le Dr Félix Roland Moumié à cause de leur entêtement politique ; l'embastillement en 2013 de deux hauts responsables de l'UDC (Lame Zakari et Tapon Mama) pendant plusieurs mois. Ces quelques exemples parmi tant d'autres de la même nature, illustrent à suffisance la haine viscérale et permanente du sénateur nommé, Mbombo Njoya, à l'égard du Dr Adamou Ndam Njoya. Aussi, le chef de la délégation permanente du RDPC pour la région de l'Ouest à travers son communiqué continue dans son hypocrisie légendaire. C'est pourquoi la grande famille de l'UDC déclare son communiqué 'irrecevable' » (fin de la « Mise au Point » de l'UDC).

Ajouter un commentaire

Les plus populaires