Vous êtes ici

CENTRAFRIQUE : Mahamat Kamoun et la bataille de la présidentielle en vue

On se demandait ce qu'il attendait pour se dévoiler. Désormais, on connaît ses intentions. Ancien directeur de cabinet du président, Michel Djotodia (le père des Séléka), et très efficace premier ministre de la présidente de transition, Catherine Samba Panza, Mahamat Kamoun vient, enfin, de sortir du bois en affichant, clairement, ses ambitions pour le Centrafrique. Il croisera le fer, dès le premier tour de la présidentielle prévue fin 2020, avec d'autres ténors politiques de la place dont le président sortant, Faustin-Archange Touadéra, le chef de l'opposition parlementaire, Martin Ziguélé, sans oublier, Anicet Georges Dologuélé, qui fut présent au deuxième tour de la présidentielle de 2016. Il en existe d'autres.

Mahamat Kamoun a, donc, lancé, jeudi, 6 juin, à Bangui, le Mouvement « Be Afrika ti é Kwè » (« Centrafrique pour nous tous »). C'est un nouveau parti créé à vingt mois de la présidentielle dans un contexte politique d’effervescence. Mais aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années. Il ne compte pas se lancer dans une course de fond. Il a, absolument, besoin de faire un sprint, pour atteindre ses objectifs. Et dépasser ceux qui occupent l'espace avant lui.

Mahamat Kamoun additionne quelques avantages : ancien directeur de cabinet de Michel Djotodia, il a la capacité de se faire entendre des Séléka. D'autre part, il est resté proche de leur père spirituel, Michel Djotodia, en exil volontaire au Bénin, le pays d'origine de son épouse, Chantal Djotodia.

Mais, surtout, il a été celui qui, à la primature, avait permis à la présidente, Catherine Samba Panza, de mener à bien la très difficile transition en organisant une élection présidentielle, qui a permis l'élection de Faustin-Archange Touadéra. Au regard de son bon bilan à la tête de la transition, Catherine Samba Panza, elle-même, a, parfois, été citée dans certains cercles pour reprendre en main les destinées du Centrafrique. Son premier ministre, Mahamat Kamoun, pourrait, tout aussi, valablement, faire l'affaire.

D'un calme déconcertant, Mahamat Kamoun devra, désormais, activer ses réseaux, sa survenue laissant penser que les choses sérieuses vont bientôt commencer.

Mais, c'est quoi Be Africa ti é Kwè ?

« Il s’agit d’une plateforme d’action citoyenne ayant pour vocation de conquérir et gérer le pouvoir de l’Etat dans l’intérêt supérieur de la nation et de chaque citoyen, a-t-il déclaré jeudi. En tant que mouvement de masse, "Be Africa ti é Kwè" se place au-dessus des considérations idéologiques qui divisent pour ne compter que sur l’engagement citoyen total, la détermination à servir son pays et la capacité à transformer la société centrafricaine. ». Inch'Allah !

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.