Vous êtes ici

CENTRAFRIQUE - MARTIN ZIGUELE : « Par rapport à l'Accord de Khartoum, le plus dur est devant nous »

L'ancien premier ministre centrafricain et actuel président du principal parti d'opposition, le MLPC (Mouvement de libération du peuple centrafricain), Martin Ziguélé, donne sa lecture des événements qui traversent son pays : Accord de Khartoum, Enchères des rebelles, Nomination de gouvernements, Action du gouvernement, etc. Il dit tout, en responsable politique qui aspire, un jour, à diriger l'Etat du Centrafrique.

Afrique Education : Comme on pouvait s'y attendre, le 8e Accord de Paix a été remis en cause par, au moins, 11 groupes rebelles sur 14. Ce chiffre à lui seul ne montre-t-il pas que cet accord bien que signé début février en fanfares est loin de faire l'unanimité au sein de la rébellion ?

Martin Ziguélé : Tout Accord politique, surtout, un accord censé mettre fin à un état de belligérance qui dure depuis six années au moins, est toujours le fruit d’un âpre compromis. Cet Accord est né dans la douleur, j’allais dire au forceps, grâce à une préparation minutieuse de terrain, et à une facilitation de très haut niveau assurée conjointement par l’Union africaine et les Nations-Unies. Après la formation du gouvernement dit inclusif prévu par l’Accord, des groupes armés ont estimé que ce gouvernement n’était pas inclusif et l’ont contesté. Cette situation a conduit à une réunion de règlement du différend à Addis-Ababa et désormais, cette difficulté semble aplanie, puisque le gouvernement remanié a été rendu public ce 23 mars, et que d'autres responsables de premier rang des groupes armés, ont accédé à des responsabilités aux cabinets de la primature. Certains ont intégré la préfectorale. Il ne s’agissait donc pas d’une remise en cause de l’Accord lui-même, mais, d’un différend qui a été aplani conformément d’ailleurs aux dispositions idoines du même Accord.

Afrique Education : Le premier ministre et Smaïl Chergui annoncent que les divergences sont aplanies et que ce nouveau départ sera définitif. Vous y croyez-vous ?

Martin Ziguélé : J’étais à Khartoum parce que je veux la paix pour mon pays, et je suis optimiste pour la suite du processus sans être naïf sur les difficultés et les écueils qui nous attendent. Si des membres des groupes armés ont accédé à des responsabilités, il est important qu'ils réalisent leur part d'engagement, notamment, en dissolvant les groupes armés et en facilitant le retour de l'Etat dans les zones qu'ils occupent. Nous constatons donc que les sujets les plus délicats et les plus sensibles sont devant nous. C'est pourquoi je plaide pour un renforcement des capacités de la facilitation de l'Union africaine sur place à Bangui, notamment, pour la désignation d'un envoyé spécial de l'Union africaine à demeure pour préparer les décisions en amont, et éviter des surchauffes.

Afrique Education : La situation s'est beaucoup dégradée depuis l'arrivée au pouvoir du président Faustin-Archange Touadéra en ce sens que la rébellion a gagné énormément de terrain. Que s'est-il passé pour qu'elle reprenne ainsi du poil de la bête alors qu'au départ de Madame Catherine Samba-Panza, deux ou trois départements seulement étaient occupés par les rebelles ? Qu'est-ce qui est de la responsabilité du pouvoir dans cette question ?

Martin Ziguélé : En marge du Forum de Bangui en septembre 2015, les groupes armés avaient signé un accord de paix avec le gouvernement de transition. L’objectif était d’engager les groupes armés à une trêve pendant les élections, en attendant le Programme du DDRR qui devait démarrer après ces élections pour conduire le pays à une paix définitive. Après les élections, après une courte accalmie, nous avons assisté à un enchaînement de surenchères qui ont abouti à une série d’hostilités entre les groupes armés eux-mêmes, et ou causés par les groupes armés contre les populations civiles, face à un Etat impuissant, sans armée opérationnelle et sous embargo des Nations-Unies sur les armes. Faut-il rappeler que le Force française Sangaris, qui était la seule force dissuasive, avait annoncé son retrait du pays le jour même de la prestation de serment du nouvel élu. La nature ayant horreur du vide, l’emprise des groupes armés s’est progressivement étendue dans le pays. Maintenant que le train de la paix s'est relancé, nous devons veiller au retour de l'Etat sur toute l'étendue du territoire national.

Afrique Education : On a l'impression que le dialogue se fait essentiellement entre le pouvoir et les rébellions et que les partis politiques traditionnels ainsi que la société civile, sont marginalisés et n'ont pas droit au chapitre. Pourquoi avez-vous été absent à Khartoum et à Addis Abeba alors que vous aviez votre place à la table de négociation ?

Martin Ziguélé : Dans la feuille de route de l’Union africaine, il était dit que le dialogue devait se dérouler entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés. C’était une demande du gouvernement centrafricain. Néanmoins, j’étais bel et bien à Khartoum, dans la délégation des députés, comme observateurs.

Afrique Education : Contrairement à votre collègue, Anicet Georges Dologuélé, qui critique le gouvernement à haute voix et propose sa vision quand c'est nécessaire, vous faites montre de discrétion extrême alors que votre expérience d'ancien premier ministre peut éclairer l'opinion publique par rapport aux arbitrages et choix du pouvoir. Savez-vous que cette réserve peut être interprétée comme une non-assistance à pays en danger ?

Martin Ziguélé : Depuis le coup d’état du 15 mars 2003 perpétré par le général Bozizé contre le régime élu du MLPC, nous n’avons jamais cessé de nous battre, en notre qualité de principal parti de l’opposition, contre les dérives autoritaires de ce régime, à nos risques et périls, tandis que d’autres profitaient des prébendes de ce régime à divers postes de responsabilité au pays et à l’étranger. Nous connaissons l’histoire politique de notre pays, nous connaissons également les femmes et les hommes qui l’animent. Nous avons même la prétention de dire, après 40 années de lutte continue du MLPC au premier rang du combat politique, que nous connaissons tous les arcanes de la vie politique centrafricaine, pour pouvoir distinguer l’essentiel du superflu. Un adage de chez moi dit : « Lorsque la bouillie est refroidie, on peut la boire par les narines ».
Cela dit, nous continuons de nous exprimer, à chaque fois que nécessaire, en toute responsabilité comme Parti ayant déjà dirigé l’Etat, sur tous les sujets d’importance pour notre pays, aussi bien, dans les médias nationaux qu’internationaux. Notre démarche est guidée par le seul souci de contribuer, par des propositions concrètes et responsables, à faire avancer notre pays vers la paix et la stabilité. Beaucoup de compatriotes apprécient que nous travaillions sur le concret de leur vie quotidienne, et que nous ne sommes pas à la recherche d’une posture donnée ni du sensationnel.

Afrique Education : Vous êtes contre l'impunité alors que les rebelles ne veulent pas être poursuivis sur les faits de violation des droits de l'homme et autres dont ils sont coupables. C'est une question très sensible que doit gérer le gouvernement alors que la Cour pénale spéciale est déjà sur place à Bangui. Que faut-il faire ?

Martin Ziguélé : L’un des principaux points forts de l’Accord de Khartoum est qu’il a rejeté explicitement l’impunité. Notre pays est signataire du Statut de Rome créant la Cour Pénale Internationale qui rend imprescriptibles et non-amnistiables un certain nombre de crimes. De même, la Cour Pénale Spéciale pour la République centrafricaine, mise en place en vertu d’un accord signé entre notre pays et la Communauté internationale, se charge par principe de subsidiarité des autres crimes non pris en compte par la Cour Pénale Internationale. Voilà qui est donc clair.
L’Accord de Khartoum prévoit qu’une commission sera mise en place pour accélérer le chantier de la Commission Vérité Justice Réparation et réconciliation qui se chargera, toujours par principe de subsidiarité, des dossiers non pris en compte par les deux juridictions internationales.
Enfin, ce n’est pas à l’auteur d’un crime ou d’un délit de vouloir être jugé ou pas, la loi s’appliquera dans tous les cas recensés et justice sera faite par ces différents canaux.

Afrique Education : Cela fait deux ans au moins que sont formés les militaires centrafricains par les Européens, les Russes, etc. Combien sont-ils à être opérationnels ? Pourquoi n'arrivent-ils pas à faire contrepoids à l'influence de la rébellion au moins dans certaines parties du territoire ?

Martin Ziguélé : Je ne connais pas le nombre de militaires formés mais je dois d’abord saluer tous les pays amis et frères, toutes les institutions et organisations, qui sont à pied d’œuvre depuis l’année 2016 pour remettre en place notre armée qui s’était effondrée en 2013. Je disais tantôt que notre pays est sous-embargo depuis 2013, et que la remise sur pied d’une armée est une œuvre de longue haleine. Néanmoins, l’armée continue son déploiement sur le terrain, et nous aurions connu un rythme plus élevé mais l’embargo sur les armes ne facilite pas les choses.

Afrique Education : Votre dernier mot ?

Martin Ziguélé : Je fonde beaucoup d’espoir sur l’Accord de Paix de Khartoum pour ramener la paix dans notre pays, qui dispose de potentialités énormes et immédiatement exploitables pour son développement. La guerre qui est imposée à notre peuple n’a aucun sens, et retarde inutilement son développement. Les principales victimes de ce conflit, il faut le souligner avec force, ce sont nos enfants, nos filles et nos mères, nos jeunes, les populations civiles sans défense, et cela dans toutes les communautés et dans tout le pays. Comme disait Sylvanus Olympio « Quelle que soit la longueur de la nuit, le jour se lève toujours ». Nous devons par conséquent garder notre détermination à aller vers la paix, en toute lucidité et en évitant les pièges et les écueils.

Propos recueillis
par Aristide Koné.

NB : Cette interview est à lire dans le numéro 475 d'avril d'Afrique Education en vente chez les marchands de journaux.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.