Vous êtes ici

COMORES : Meeting du OUI au référendum à Foumbouni dans le Mbadjini

Ce mercredi, 25 juillet, le président, Azali Assoumani, a tenu un grand meeting à Foumbouni, dans le Mbadjini, pour demander à ses partisans de voter OUI au référendum, du 30 juillet.

C'est le grand notable, Mze Mouigni, qui a pris la parole, le premier, pour montrer le grand patriote qu'est le président Azali : « Azali est aussi un grand démocrate et il a l'a prouvé. Il était président dans un premier mandat et il a perdu 3 élections notamment les élections législatives ; il accepté les défaites. Il a fait une élection et a organisé une passation avec un président élu. Il a été élu pour un 2e mandat et je fais partie de ceux qui n'avaient pas voté pour lui. Mais, en grand républicain, il a compris qu'il est le président de tous les Comoriens sans exception. La majorité dira OUI au référendum dans ce pays épris de paix et de stabilité qui veut lutter contre le chiisme », a soutenu Mze Mouigni, qui a conclu : « J'appelle la jeunesse à se mobiliser derrière l'émergence promue dans cette nouvelle constitution. Aujourd'hui, nous les silencieux de principe, nous nous exprimons pour soutenir le OUI au référendum ».

Directeur de campagne dans la région de Mbadjini, Djamal Ahamada a affirmé, pour sa part : « Nous avions 3 missions : ouverture d'un bureau de campagne, mobilisation pour un grand meeting et enfin, le lundi, 30 juillet, et comme on a l'habitude dans ce pays de dire que les élections ont été volés, j'espère que nous nous mobiliserons massivement pour le OUI pour ne pas avoir de mauvaise surprise ». Le maître des cérémonies, l'ambassadeur Ahamada, a appelé l'opposition à comprendre la question qui est posée : « Etes-vous Oui ou Non d'accord pour qu'on change la constitution ? La question n'est pas : Aimez-vous Azali Oui ou Non » ?

De son côté, le président des Maires, Djoumoi Mohamed, a confirmé que les 5 maires de la région de Mbadjini soutiennent le OUI au référendum : « Pour nous dans le Mbadjini, le référendum passera pour le OUI car tout ce que le Badjini compte de personnes ressources est derrière le président Azali. Et si cette réforme de la constitution était présentée par quelqu'un d'autre, cette opposition aurait défendu le projet », a-t-il affirmé.

C'est en ce moment que le président des agriculteurs a pris la parole, d'abord, pour dénoncer avec force la tentative d'assassinat du vice-président Moustadroine. Il a, ensuite, remercié le président de s'intéresser au monde agricole : « Avec 5 membres du gouvernement et du cabinet présidentiel, qui sont des agronomes, c'est la preuve que le président Azali attache une importance spéciale à l'agriculture », a-t-il conclu.

Autre intervenant pendant le meeting, Djae Ahamada Chanfi a dit qu'« il y a dans ce combat, des gens du boycott, des pompiers pyromanes, des gens pour le NON et nous pour le OUI. Ensuite, nous sommes dans un pays souverain et le référendum est un droit régalien ».

Pour le vice-président, Chabhane, le match est terminé mais on attend le lundi (30 juillet) pour constater qu'ils ont déclaré forfait : « Je demande à l'opposition d'arrêter les mensonges. Et nous les mettons en garde contre des tentatives de déstabilisation. Nous sommes dans un pays démocratique et la preuve est que cette opposition s'exprime sans aucun problème. Depuis, le lundi prochain, je ne serai pas vice-président et je l'ai accepté pour l'intérêt supérieur de ce pays. Cette opposition fait preuve d'une profonde hypocrisie car elle sait que cette constitution est la meilleure qu'on ait eu depuis notre indépendance ».

Dernier orateur à prendre la parole, le président, Azali Assoumani, a remercié la région de Mbadjini pour cette grande mobilisation : « Au début de cette cérémonie, on a lu la Sourate Imrane. Et j'ai compris que c'est un message pour moi et ma façon de me conduire dans notre société. Nous devons le pardon à nos frères de l'opposition. Mais notre pardon ne suffit pas. Il leur faut faire une démarche honnête de soumission à Allah le Tout Puissant. Nous avons décidé de faire des Comores un pays émergent. Partageons les mêmes valeurs que ceux qui disent qu'une femme peut se marier avec une femme et un homme avec un homme ? Ceux là n'ont pas de leçons à nous donner sur le vivre-ensemble car nous ne partageons pas les mêmes valeurs. Je comprends qu'ils puissent nous donner des leçons pour l''économie et le développement. Notre pays fait partie d'un marché commun et nous devons apprendre l'esprit de compétition pour amorcer l'émergence. Nous devons nous occuper de notre secteur des produits halieutiques et le développement de l'économie bleue. C'est aussi ça l'objectif de ce référendum qui a pour objectif de changer notre économie dans un pays où règne le plein emploi. C'est cela l'essentiel dans notre constitution. La partie de la politique est très minime par rapport à l'économie. En 1977, nous avons aidé les Seychelles et, aujourd'hui, c'est l'une des meilleures destinations du monde, alors, imitons les pays de la région qui ont évolué ».

Pour terminer, le président a lancé une sévère mise en garde contre les ennemis de la paix : « Des politiciens ont dit qu'il y aura un bain de sang et il y a eu une tentative d'assassinat sur le vice-président Moustadroine. Donc, les gens qui ont proféré les menaces, il ne faut pas s'étonner qu'ils soient entendus par la justice prochainement. Et tous ceux qui ont détourné des deniers publics seront poursuivis et je comprends que certains puissent rentrer dans un sentiment de panique, au point de vouloir commettre l'irréparable. Mais, je vous le garantis, tout se passera bien », a rassuré le président, Azali Assoumani (notre photo).

D'un de nos envoyés spéciaux
a Foumbouni (Comores)

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.