CONFLIT LIBYEN : Un « Sommet » pour rien à Brazzaville chez le dictateur

Tout est parti du Sommet de l'Union africaine (UA), à Kigali, en juillet, où le dictateur congolais avait oeuvré et manoeuvré, comme il sait le faire, loin des yeux gênants et des oreilles indiscrètes, pour s'offrir la présidence du Comité de haut niveau de l'UA sur la crise libyenne. Il n'avait que deux personnes à convaincre pour s'octroyer ce strapontin : le Rwandais, Paul Kagame, hôte du Sommet et complice de Sassou dans bien de dossiers, et le Tchadien, Idriss Déby Itno (avec son épouse Hinda et le couple Sassou le 26 janvier à Brazzaville), qui présidera l'UA jusqu'à lundi, 30 janvier, matin.

Selon certaines indiscrétions, le dictateur était (fortement) passé à la caisse, pour arroser les fonctionnaires de l'organisation panafricaine chargés de faire les « Go Between ». Voilà comment il est devenu président de cette instance, en novembre, lors de la première réunion de ce Comité convoqué, à Addis Abeba, par Idriss Déby Itno. A Alger et au Caire, on n'a pas caché que c'était un scandale car Sassou Nguesso n'aurait ni la carrure, ni l'épaisseur suffisante, pour représenter l'Afrique dans ce difficile conflit libyen. Les Egyptiens vont même jusqu'à dire que le Congo-Brazzaville ne disposant pas d'armée digne de ce nom, est inapte à résoudre les questions ayant trait au conflit libyen, qui est aussi bien politique que militaire. Les Algériens, eux, pensent que le Congo ne connaît ni djihadisme, ni fondamentalisme, et donc, c'est aux pays qui vivent cette triste expérience au quotidien de s'occuper de la question libyenne.

Voilà pourquoi Algériens et Egyptiens sont à la tâche pour tirer la couverture libyenne à eux. Ils y associent, avec succès, la Tunisie, un autre pays d'Afrique du Nord, fortement, ébranlé par le terrorisme (libyen et proche-oriental).

Le « Sommet » de Brazzaville du 27 janvier était, donc, un non-événement pour Alger et Le Caire. Le président égyptien, Fattah al-Sissi, ne pouvait pas y participer, tout comme, le premier ministre algérien, Sellal, annoncé, volontairement, (à tort) pour divertir l'opinion. Il n'avait, jamais, été question qu'il y participe. La preuve : même le ministre algérien des Affaires étrangères n'y a pas participé. Par courtoisie, Alger y a envoyé son ministre chargé des Affaires maghrébines, pour éviter les qu'en dira-t-on. Quant à l'Egypte qui n'a pas non plus trouvé utile d'y dépêcher son chef de la diplomatie, c'est un fonctionnaire de haut rang qui a représenté le pays des Pharaons.

Côté belligérants, l'homme fort qui contrôle la moitié de la Libye avec l'essentiel de sa production pétrolière, le maréchal, Khalifa Haftar, n'a pas fait le déplacement. Pas de solution en Libye sans lui. Il a déjà choisi son camp : c'est Alger et Le Caire. Mais par courtoisie, il avait, bien avant le 27 janvier, envoyé son conseiller, rencontrer le dictateur, à Brazzaville, afin de ménager les susceptibilités.

Conclusion : au total, on a parlé du conflit libyen, le 27 janvier, à Brazzaville, sans Haftar, sans Sellal, sans al-Sissi, pour ne citer que les incontournables dans ce dossier. Que pouvait, dès lors, accoucher une telle rencontre ?

Après l'épisode Trump où le président congolais a fait ridiculiser l'Afrique, devant la terre entière, voilà qu'il récidive en cherchant à s'accrocher au poste de président du Comité de haut niveau de l'UA sur la Libye. La réalité est ailleurs : Sassou-Nguesso pense résoudre, de cette façon, ses gros soucis de politique intérieure, grâce au dossier libyen qui tient toute la communauté internationale à coeur. Ces soucis de politique intérieure sont, d'une part, les opposants (Mokoko et Okombi) qui l'ont, correctement, battu à la présidentielle de mars, mais, qu'il a mis en prison (de force) pour les contraindre au silence (car trop populaires), et, d'autre part, le pasteur Ntoumi qui s'est réfugié avec sa bible et un carré de fidèles dans une grotte du département du Pool, fuyant les 10.000 soldats que Sassou a lancés à leurs trousses, depuis huit mois.

Ainsi va la vie dans la démocrature de Sassou-Nguesso, qui se maintient à la tête du Congo, uniquement, par la seule force des armes.

Commentaires

Visiteur (non vérifié)
Le « Sommet » de Brazzaville du 27 janvier était, donc, un non-événement pour tout le monde. Ce sommet est un gaspillage pour l'argent des Congolais qui meurent du plus en plus de faim. Sassou-NGuesso qui se livre au génocide depuis une année dans le Pool et transforme le Congo en prison ouverte et sa clique sont des vrais terroristes, des grands criminels, des individus sans foi ni loi, qui ne peut pas du tout donner d'exemples. C’est très grave ce que continue à vivre le Congo. Avec l’arrestation d’Okombi, le régime aux abois, ne fait que de plus en plus démentrer sa barbarie. C’est quoi toutes ces actions ? Sassou Nguesso et ses complices terroristes continuent à faire massacrer les populations dans le Pool en prétextant poursuivre Ntoumi.Hier c’était Paulin Makaya et ses militants sont accusés d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, assassinat, complicité d’évasion à la suite de la mutinerie montée par le pouvoir le 29.12.2016 à la maison d’arrêt de Brazzaville. Aujourd’hui c’est le cas d’Okomb qui mobilise toutes les énergies du diable Sassou Nguesso qui à peine revenu au pouvoir par la force des armes il près de 20 ans, laissent massacrér plus 352 Congolais au beach de Brazzaville, revenu »s au pays après un appel qu’il avait lui-même lancé aux réfugiés ». Quant est ce qu’ il sera temps de s’occuper réellement des affaires de gouvernance véritable de la république au Congo? Pour ceux qui ne le comprennent pas ou ne veulent pas le comprendre par opportunisme, par corruption, par idiotie, il est à savoir que ce qui se passe au Congo où le Pouvoir du tyran sanguinaire, mafieu ne cesse de rompre avec les intrigues de KBG des vieilles et très tristes époques, est une situation très alarmante que chacun est appelé à combattre . Comme l’a souligné BISHIKANDA DIA POOL dans Sukissa, »c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que l’on voit un prisonnier politique détenir des armes de guerre dans sa cellule. Tout le monde le voit maintenant, le pouvoir de Sassou-Nguesso est un pouvoir en voie de disparition qui n’a plus sa légitimité ; ni même sa raison d’être. Le grand criminel, terroriste Sassou Nguesso, 77 ans en réalité, dont les parents fesaient partie des Abbey furent déportés au Congo; au début des années 1900 est un danger permanent du Congoi. Sassou Nguesso et ses complices terroristes continuent de mener des arrestations des opposants, monter des faux coups, de justifier LES MASSACRES QU’ILS SONT EN TRAIN DE COMMETTRE dans le Pool, au sud du Congo sur le nom de Ntoumi. La mutinerie du 29.12.2016 à la maison d’arrêt de Brazzaville a été par exemple un coup monté par les extrémistes du pouvoir ultra criminel de Sassou Nguesso.Elle visait à abattre J3M, Ntsourou et Paulin Makaya à la sortie de leurs cellules dans la confusion, et créer ainsi des images fortes aptent à détourner l’attention sur l’humiliation subie par Denis Sassou Nguesso aux USA. Le tyran est prêt à faire davantage couler le sang des Congolais pour camoufler son incompétence, ses crimes contre l’humanité et accentuer son opération d’épuration éthnique dans le Pool. Sassou-Nguesso est un adepte du terrorisme d’État. Sassou-Nguesso humilié et devenu la risée du monde entier a besoin de faire encore usage à la violence, qui est pour lui seul moyen qu’il connait pour faire oublier la honte, les crimes contre l’humanité qu’ils imputent toujours aux autres , particulièrement à Ntoumi qui n`était qu’un petit enfant quant’ il a commencé à les commettre. Comme il fallait s’ y attendre, le pouvoir illégitime de Sassou Nguesso n’a pas tarder à accuser de nouveau Ntoumi, son victime de tous les temps, pour la dite mutinerie à la maison d’arrêt centrale de Brazzaville, le jeudi 29 décembre 2016 afin de justifier sa poursuite de ses arrestations arbitraires, l’épuration éthnique dans le Pool. La presse du pouvoir titre pour ce scénario de tous les temps:“La tentative d’évasion de prisonniers aurait été commanditée par quelques éléments du pasteur du pasteur Frédéric Bintsamou alias Ntoumi qui sont également en détention dans ces geôles. „ Cela est vraiment Cynique et relève d’ailleurs un aveu de faiblesse. Comment les élements de Ntoumi ont’ils pu réussir à pénétrer les enceintes de la prison si bien surveillées et dans une de Brazzaville si bien quadrilllées par les forces de l’ordre au service de Sassou et clique. Sassou Nguesso et sa clique qui font de Ntoumi un mythe, derrière lequel il faut se cacher pour tous les coups, ne peuvent désormais en tout cas tromper que les niais et les comrompus.Ntoumi est’ il l’ auteur des disparus de Beach? Est ce lui qui a tué les jeunes, les civils pendant la marche pacifique contre le référendum constitutionnel d’octobre 2015 et après le coup d’Etat constitutionnel?“Ntoumi est’ il l’auteur des turtures d’Augustin Kala Kala, dont le corps couvert de blessures avait été abandonné devant la morgue de Brazzaville? Remontons un peu plus loins.Ntoumi était ‘il l’auteur » des assassinats qui installèrent le CMP (Comité Militaire du Parti) mars 1977 et celles des guerres civiles qui débutèrent le 5 juin 1997 pour se poursuivre en nettoyage ethnique jusqu’en 1998 et qui firent 400.000 victimes, » les dispaus du Beach?. « Lorsque Sassou Nguesso et Yhombi-Opango assassinent Marien Ngouabi. Quand Ils détournent les soupçons sur des innocents Laris-Bakongos qu’ils éliminent physiquement. Et qu’ ils organisent une semaine sanglante,au cours de laquelle sont opérées de nombreuses exécutions sommaires, et les malheureux sont enterrés comme des chiens, torturés avant d’être abattus ou enterrés vivants; tel que cela fut le cas de l’ex-Président Massamba-Debat, dont les yeux auraient été crevés, puis dépécé et jeté en pature aux lions du parc zoologique. le Cardinal Emile Biayenda, les lieutenants Kimbouala-Nkaya, Mboro, Ontsou, ainsi que d’autres innocents étaient massacrés, alors que Sassou Nguesso est ministre de la Défense, et dirigea provisoirement l’Etat, du 18 mars au 3 avril 1977, » Ntoumi était il là? La liste est encore très longue des crimes, assassinnats de Saou Nguesso.Le tyran Sassou Nguesso a rendu un vibrant hommage à sa force armée tribale et ses supplétifs qui bombardent le département du Pool depuis prèsque déjà une année, en déclarant : « Il s’agit des vaillants officiers et des braves soldats de nos forces de défense et de sécurité dont je salue l’esprit de mission, d’abnégation et de sacrifice qu’ils consentent au quotidien pour assurer notre sécurité et notre quiétude collectives. „Honte pour Sassou Nguesso et sa clique qui continuent à massacrer les Congolais au mépris des règles élémentaires des droits de l’Homme.Pendant son discours, Sassou Nguesso qui commandite depuis près ses forces à semer la mort dans le Pool,n’a pas du tout évoqué un seul mot sur les populations du Pool sous les bombes des hélicoptères, avions de Combats et sous les armes lourdes et légéres des milliers de soldats, policiers, milices, mercenaires venus de l’Afrique, du monde entier auxprès desquels ils les a livrés.Le Congo est un grand pays aux terres très fertiles et incroyablement riche en matières premières et très peu peuplé , quand un président, gouvernement sont incabable après plus de 10 ans à gagner la bataille du développement socio-économique, une telle équipes n’est pas du tout viable. Il faut que finisse le système sanguinaire et mafieu de Sassouz Nguesso pour que les Congolais vivent enfin. Sassou Nguesso et clique sont des des grands criminels, des individus sans foi ni loi. Pour 2017, Sassou-NGuesso demande à son gouvernement illégal de dire la vérité. Espérant pour cela que l’auteur de très nombreux crimes contre l’humanité, des disparus du beach, du hold-up électoral et massacre son peuple dans le département du Pool, des assassinats des présidents NGouabi, Massambat-Débat , du cardinal Biayenda, des détournements de fonds publics depuis plus de 33 ans, ainsi que du pillage systématique des revenus pétroliers, des biens mal acquis etc commence par nous dire la vérité sur les raisons qui lui pousse à agir comme il le fait depuis des années.Le peuple Congolais a besoin du départ sans condition de Sassou Nguesso le terroriste et de toute sa clique terroriste, mafieuse avant tout dialogue. Il ne faut plus tolérer la présence de Sassou Nguesso, le semi illétré et sa cliques . Ils sont des Terroristes, des individus dangereux. Avec eux, iln’ y aura pas de droits de l’homme, les droits humains, la liberté, individuelle, la démocratie, le développement au Congo.Les Congolais conscients de nos devoir et responsabilité. Il ne reste plus à perdre un seul instant le temps. Unissons nos efforts pour renverser sans retard, Sassou Nguesso et sa clique et sauver le Congo !
BAKOUANA FRANCE (non vérifié)
Vous n'avez pas remarqué tout ce qu'il entreprend Sassou en ce moment se transforme en échec .Dans sa tête il doit se dire que c'est la DIASPORA qui lui met les bâtons dans les roues Non la Diaspora n'est pour rien , c'est ça malédiction ,on ne jouer pas avec la Franc-Maçonnerie a beau être un grand maître, D'Afrique et beaucoup d'argent si tu n'arrive pas a respecter les Us et les lois de l'ordre et même de la République surtout qu'on ait chef d'ETAT il faut être humble c'est simple et pourtant mais c'est dur à appliqué dans la vie de tous les jours c'est cela être un vrai maître envers la société des hommes .Lui il est trop tribalistes, rancunier, haineux revanchard comment tu peux être un chef de la nation et grand maître avec toutes ces qualificatifs et faire partie de la Franc- Maçonnerie universelle. Comme disent les Franc- Maçons Un Pouvoir nait de la majorité ,et qu'il ne devient autorité que lorsqu'il en a été extrait ,il est alors l'esprit maçonnique véritable courant .J'ai dit.
Ingueta (non vérifié)
Le mérite de ce sommet est qu'il a bien eu lieu. L'opposition aveugle dessert toujours la cause que l'on est censé défendre
HANSALEVEY Adams (non vérifié)
la honte du dictateur des bords du fleuve Congo et de la rivière de l'Alima ne finira qu'à sa fin de son règne qui sera fêté avec élcat, car ce Monsieur 8% ayant volé outrancièrement et ouverte les élections au Congo, ignore qu'il est iindacapble de résoudre ses problèmes dans son pays, il semble que ses paires dictateurs à vie en Afrique Centrale ou un peu ailleurs ignorent comment il détruit les caisses et le trésoir du CONGO? toujours pour corrompre les pays voisins africains; ah ! la vie des dictateurs assasins de leurs peupels;cela ne finira pas toujours, car Monsieur 8% continue à arrêter ses opposants qui n'ont pas connu sa victoire volée comme un gamin de CP1 de l'école primaire qui triche en dictée ou orthographe, l'armée congolaise fragilisée et corrompue dans sa gibécière il agit sans souci pour tuer qui l'entend vociférer; ainsi va la vie des hommes politiques clanisés !!
HANSALEVEY Adams (non vérifié)
la honte du dictateur des bords du fleuve Congo et de la rivière de l'Alima ne finira qu'à sa fin de son règne qui sera fêté avec élcat, car ce Monsieur 8% ayant volé outrancièrement et ouverte les élections au Congo, ignore qu'il est iindacapble de résoudre ses problèmes dans son pays, il semble que ses paires dictateurs à vie en Afrique Centrale ou un peu ailleurs ignorent comment il détruit les caisses et le trésoir du CONGO? toujours pour corrompre les pays voisins africains; ah ! la vie des dictateurs assasins de leurs peupels;cela ne finira pas toujours, car Monsieur 8% continue à arrêter ses opposants qui n'ont pas connu sa victoire volée comme un gamin de CP1 de l'école primaire qui triche en dictée ou orthographe, l'armée congolaise fragilisée et corrompue dans sa gibécière il agit sans souci pour tuer qui l'entend vociférer; ainsi va la vie des hommes politiques clanisés !!

Ajouter un commentaire

Les plus populaires