CONGO-BRAZZAVILLE : L'arrivée de la délégation du FMI à Brazzaville met le dictateur aux abois

Le dictateur croit s'en sortira à bon compte en embastillant, purement et simplement, les membres de l'opposition congolaise. A deux heures du matin, il a envoyé sa police politique encercler le domicile du professeur, Charles Zacharie Bowao (notre photo), à Ouenze. Deux heures du matin, c'est l'heure à laquelle l'ange Gabriel récolte les doléances des chrétiens à soumettre à Dieu le Tout Puissant. C'est à cette même heure que le dictateur a envoyé des camions remplis de militaires et de policiers encercler la résidence du professeur Bowao. Informé par son personnel de garde, le professeur de philosophie a, immédiatement, téléphoné à Guy Mafimba, à Paris, cet Okombiste qui assure, efficacement, la liaison (comme au temps de la Gestapo) entre l'opposition à Brazzaville et sa représentation en France (IDC/FROCAD/Composante J3M).

Selon nos informations, un autre opposant qui empêche Sassou de tourner en rond, Clément Mieressa, devait subir le même traitement, sauf qu'au moment où la police politique est arrivée pour l'encercler, elle a trouvé qu'il avait pris la Royal Air Maroc, la veille, pour une destination inconnue. Un traître dans l'entourage du dictateur aurait-il vendu la mèche à Mierassa afin de lui permettre de prendre la poudre d'escampette ? Toujours est-il que la colère du dictateur s'est déversée sur le reste de l'opposition qui, après avoir appris que Charles Zacharie était en danger, s'est, logiquement, transportée vers lui. A titre de solidarité. Malheureusement, personne n'a pu accéder dans la résidence du philosophe, les policiers et militaires s'étant interposés. Face à cette situation, les amis opposants ont décidé de camper autour de la résidence, ce qui a donné l'idée au dictateur de constituer un deuxième cordon de sécurité, qui les prend, eux aussi, en otage. Résultat, il existe un premier cordon de policiers qui encercle la résidence du professeur, Charles Zacharie Bowao, et un deuxième cordon qui, lui, a pris en tenaille les amis opposants venus en renfort.

Tout ceci pour quoi ? Parce que Sassou a lu www.afriqueeducation.com (mercredi, 30 août à 12h34) qui annonçait les manifestations de l'opposition à partir du 4 septembre devant le FMI à Paris et à Washington, afin de sensibiliser cette institution à l'associer aux discussions avant toute signature de programme avec le gouvernement.

Les opposants actuellement embastillés par le deuxième cordon sécuritaire du dictateur sont :

Claudine Munari, présidente de la Fédération de l'opposition congolaise ;
René Serge Blanchard Oba, premier vice-président ;
Professeur Makita Mbama, deuxième vice-président ;
Colonel Kimfoussia, responsable du Pôle Droits civiques ;
Michel Mampouya, responsable du Pôle Politique
Landry Boubeya Tchimssambou, responsable Pôle Jeunesse ;
Maurice Kombi, directeur de Cabinet de la présidente Munari ;
Christine Mouaya, particulière de la présidente Munari ;

Tous ces responsables de l'opposition sont coincés ainsi que leurs éléments de garde et personnels d'accompagnement.

Dernière nouvelle : Au moment où nous postons cet article, Mr Guy Mafimba nous signale la levée du dispositif qui encerclait l'opposition. Autrement dit, les opposants sont libres, mais, (étroitement) surveillés.

Commentaires

Pasteur N'TUMI (non vérifié)
Le FMI, doit se rendre compte, que l'économie, c'est aussi de la politique, je ne leurs apprends rien, nous disons que cette structure, a le devoir de rencontrer toute la classe politique,le société civile et pour quoi pas les religieux de toute ces intelligences, elle en tirera plus compétence pour apporter ou non des solutions, nous pensons que cela et inutile, a quoi bon mettre de l'eau dans une gourde percée, les violences politiques et économiques, que nous font subir cette race de vipère, nous font souffrir, mais en même temps, nous avons appris la résilience, l'article 15 du grand voisin d'en face est desormais une réalité sur les terres de YOULOU, cependant nous restons digne dans les combats que nous impose ces malfaiteurs.Encore un peu de temps et le peuple retrouvera sa liberté confisquée, ce n'est pas parce que les choses viennent lentement que la lutte est perdue,nous demandons un réveil démocratique de toutes les forces d'avenir, de taire les contentieux, avec pour objectif le départ, la fuite si vous voulez du dictateur des prairie de l'Alima.
Pasteur N'TUMI (non vérifié)
Lire la fuite du dictateur et prairies de l'Alima.Tenons ferme.
Kimpéné ya Congo (non vérifié)
nous comptons sur Vous Mr le Professeur Charles Zacharie BOWAO car avec Vous et votre Coalition, vous nous sauverez le CONGO-BRAZZAVILLE du fait que toues vos Sorties sont des Bulles de Jouvences pour les Congolais car toutes vos pensées sont pour une Sortie de Crise du Pays. Alors que les autres ne veulent que la Destruction du Congo, tel ce qui se passent dans le POOL où , Nous ne compterons pas ou jamais nous ne saurons le Désastres que Sassou a fait aux Populations du Pool. Or vous Mr le Professeur, vous tenez à la sortie de Crise Politique du Congo afin de faire relancer Notre Beau pays le CONGO. Nous vous Encourageons à aller vers la Réhabilitation du Congo. COURAGE Mr le Professeur BOWAO !

Ajouter un commentaire

Les plus populaires