CONGO-BRAZZAVILLE : Le dictateur (5 étoiles) échoue à faire désigner son fils à la tête du PCT

Denis Sassou-Nguesso de 2020 est-il encore le Denis Sassou-Nguesso de ces dernières années qui faisait la pluie et le beau temps au Congo-Brazzaville ? Désormais, c'est un président (affaibli par le FMI) qui doit composer avec beaucoup d'ennemis et adversaires politiques de toutes sortes. Ceux-ci se comptent dans son entourage immédiat, mais aussi, au sein du PCT, de l'administration et du gouvernement. Un véritable nid de crabes. A 76 ans, le chef de l'Etat congolais n'est plus (très) jeune. Rongé par les maladies des personnes de son âge (qu'on ne citera pas), il traîne, aussi, une bedaine qui transparaît dans ses costumes croisés.

C'est dans une atmosphère de fin de règne que s'est tenu, fin décembre, le congrès du PCT dont il est l'indiscutable patron. Ne sachant point de quoi demain sera fait, il souhaitait placer son fils, Denis Christel Sassou-Nguesso, au poste de secrétaire général, pour lui succéder au moment opportun. Car ce qui arrive aujourd'hui à son ami, José Eduardo dos Santos, (qui a vu Ana Paula sa femme le quitter au moment où les biens de ses enfants Isabel et José Filomeno sont confisqués à Luanda) lui donne la chair de poule.

Président du Sénat, du reste deuxième personnage de l'Etat, le secrétaire général sortant du PCT, Pierre Ngolo, avec ses nombreux amis, ne l'entendait pas de cette oreille. L'idée de Sassou de faire de Denis Christel son successeur n'est pourtant pas récente (sur notre photo Denis Christel et le baiser d'adoubement de Sassou). Mais, elle est fortement combattue au sein du parti. On avait pensé, un instant, qu'en devenant président du sénat, Pierre Ngolo allait accompagner cette promotion du fils du président et favoriser la succession. Que non !

Du coup, le président est obligé (malgré l'âge et la maladie) de se succéder à lui-même en 2021, lors d'une élection présidentielle forcément périlleuse où il compte utiliser les méthodes habituelles de fraude pour passer au premier tour. On rappelle que pendant la présidentielle de 2016, il avait fait proclamer les résultats à 2 heures du matin, après avoir pris le soin de placer des chars et blindés à tous les coins stratégiques de Brazzaville. Pendant les cinq jours qu'avait duré le décompte des voix, il avait coupé le téléphone, internet et les réseaux sociaux sur l'ensemble du territoire national au point d'exaspérer Xhosazana Dlamini Zuma, la présidente de l'Union africaine de l'époque, qui avait dépêché des observateurs lors de cette parodie d'élection. Quatre ans après cette élection présidentielle, Sassou garde, toujours, en prison, Okombi Salissa et Mokoko, qui, logiquement, auraient dû accéder au deuxième tour. Selon nos informations, Sassou était 4e selon les vrais chiffres de l'élection.

Le PCT (faute d'avoir Christel au secrétariat général) va, à nouveau, soutenir son président lors de la présidentielle de février 2021. Auparavant, le dictateur 5 étoiles ambitionnerait d'organiser un dialogue avec l'opposition, ce qui lui permettrait de libérer, à moindres frais, les deux célèbres prisonniers politiques. Voulant faire de cette libération une manoeuvre politicienne, l'opposition ne lui facilite pas la tâche bien qu'il se soit adjoint les services de Lonceny Fall, le représentant du secrétaire général des Nations-Unies en Afrique centrale. L'opposition congolaise ne veut pas entendre parler de cet homme dans ce dialogue.

Pierre Ngolo n'ayant pas pu rempiler au secrétariat général, le PCT a (finalement) choisi le fidèle des fidèles Pierre Moussa que Sassou a ôté de sa retraite dorée d'ancien président de la Commission de la CEMAC. Mais, le PCT n'étant pas la CEMAC, cet octogénaire risque d'avoir beaucoup de mal à contenir ses troupes dont l'indiscipline est inversement proportionnelle au culte qu'elles vouaient à leur idole, Marien Ngouabi. Atmosphère de fin de règne oblige !

Commentaires

Conférence de p... (non vérifié)
Conférence de paix sur la Libye à Berlin : "Pourquoi inviter Sassou Nguesso,le dicteur génocidaire,criminel de crimes de guerre et de génocide? La dictature du Congo-Brazzaville de Sassou Nguesso est plus féroce, sauvage qui existe encore en Afrique et dans ce monde.Il y a une chose que certaines personnes ont tendance à oublier et à confondre.Il n' y a pas de démocratie dans un payscomme le Congo où les crimes de guerre,les crimes de génocide, les crimes contre l’humanité,lesinjustices sociale s nesecomptent plus qu'au Congo de Sassou Nguesso et son régime.Ceux qui de loin ou de près collaborent avec Sassou Nguesso et son régime,veulent ignorer, placer aux oublièttes, les grands crimes économiques et de sang qui ne sont ineluctablement à condamner et à punir, seront rattrappés par l'histoire.Sassou Nguesso est un dictateur ultra criminel, corrompu,féroce, génocidaire, est un système Nazi où la terreur, les tueries, les arrestations arbirtraires, les cas de biens mal acquis, les génocides ne se comptent plus. Il ne peut pas tout subir une reforme, ni organiser une élection qui favorise l’alternance.Les Congolais et les sincères démocrates de ce monde ont à combattre sans concession ce régime epouventable,injuste, tribaliste à outrance, qui ne cesse de commettre des crimes odieux, systématiques contre son peuple pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte. Le jeu auquel ne cesse certains psaudo opposants et intellectuels,politiques de ce monde, cadres qui d'une manière ou d'une autre soutienent le système Sassou Nguesso est très dangereux , impardonnable et à condamner sans fausse modestie. La justice est àfaire à tout prix.Comment peut on soutenir une dictature génocidaire. Nous avons grand besoin d’une autre culture politique et gouvernance au Congo et dans ce monde si nous tenons à la paix, la démocratie et la justice sociale. Les crimes contre l’humanité, les génocides restent ce qu’ils sontquel que soient leurs auteurs. L’heure est arrivée où tous ceux qui veulent le changement, l’altenance au Congo, et sont contre la domination, les génocides, les crimes contre l’humanité, la malgouvernance, la dictature s’unissent pour dénoncer énergiquement au Congo, en France, en Europe, USA,UK et partout dans le monde lescrimes commis et multiplier en ordre soudée des initiatives les plus inattendues contre la dictature génocidaire,mafieuse de Sassou Nguesso. Aucune dictature n’a été capable d’aller contre la lutte de libération du peuple dans ce monde.Nous vaincrons car notre cause est juste. Seule la lutte libére.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires