Vous êtes ici

CONGO-BRAZZAVILLE : Une opposition en situation de coma dépassé ?

Y a-t-il encore une opposition congolaise au dictateur (5 étoiles) Denis Sassou-Nguesso ? Depuis quelque temps, on a l'impression que tous les opposants, même les plus forts en thème, ont baissé pavillon. On ne les entend plus. Plus d'initiative de leur part qui puisse titiller la sérénité du dictateur suprême. Les prisonniers dont Okombi et Mokoko sont, totalement, abandonnés à eux-mêmes : on n'entend aucune protestation ni à l'international, ni même sur place au Congo. On ne voit aucune volonté d'empêcher le dictateur de tourner le Congo en rond. On a l'impression qu'il a gagné sur toute la ligne. A Brazzaville, les voix qu'on aurait voulu entendre, celles de Claudine Munari, de Mathias Dzon, du philosophe Bowao qui lui aussi semble être en panne d'imagination alors qu'il est considéré comme un laboratoire d'idées, sont tout simplement inexistantes.

Paulin Makaya ? Depuis sa sortie de prison, il a essayé (un peu) d'allumer la flamme mais, tout seul, il est loin d'effrayer l'ogre de l'Alima.

En France, aussi, ils n'ont plus de voix : les Alphonse Souchlaty-Poaty (qui à un moment a fait véritablement trembler Mpila), ou autres Massengo-Tiassé et Jean-Martin Mbemba ont, totalement, abandonné la défense des droits de l'homme au dictateur. Aloyse Moudileno Massengo, lui aussi, est porté disparu depuis bientôt trois ans, lui qui était perçu comme le poil à gratter que toute la diaspora appréciait et que redoutait Sassou. Bref, on va arrêter de lister les personnes qu'on n'entend plus.

Dominique Kounkou ? Sassou a des soucis à se faire avec l'histoire du génocide lari qui est au niveau de la justice internationale. Cela dit, c'est l'arbre qui cache la forêt.

Ce qui est grave pour l'opposition, c'est que Sassou n'a jamais été aussi offensif (dans la discrétion qui le caractérise) que maintenant : après avoir mis des tueurs (sans trop de succès pour le moment) sur la route du colonel Mbaou, il a rempli son ambassade à Paris de faux agents consulaires, beaucoup plus tueurs que diplomates. Il continue de parcourir l'Afrique et le monde à financer des réseaux dans la perspective de la présidentielle de février-mars 2021 à laquelle il est candidat. Il la gagnera haut la main avec de 70 à 80% des suffrages dès le premier tour et restera en place pour cinq années supplémentaires, en attendant de renouveler l'essai en 2026. Alors question : l'opposition congolaise (la plus bête de l'Afrique?) est-elle maudite ?

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.