COREE DU NORD : Lancement réussi d'"une arme tactique ultramoderne" pour provoquer Trump ?

Le chien aboie la caravane passe, peut-on dire du « dialogue » qui caractérise la relation entre le « leader bien aimé » nord-coréen, Kim Jong-un, et le belliqueux président américain, Donald Trump. Pour preuve, le dirigeant nord-coréen a supervisé l'essai d'une "nouvelle arme tactique ultramoderne", a annoncé ce vendredi,16 novembre, l'agence officielle nord-coréenne d'information, une mesure qui est perçue par les analystes comme un message politique plus qu'une grave provocation (notre photo). Mais, même si c'était perçu à Washington comme une provocation, Pyongyang n'a, nullement, peur d'assumer.

C'est la première fois que la Corée du Nord fait état de tests d'armements depuis qu'elle a entamé un délicat processus de négociations avec Washington sur ses programmes nucléaire et balistique.

"Kim Jong-un a visité le site d'essais de l'Académie des sciences de défense et a supervisé le test d'une nouvelle arme tactique ultramoderne", a déclaré l'agence de presse officielle, KCNA. Elle ajoute que l'essai a été couronné de succès mais n'a pas spécifié la nature de l'arme testée.

D'après l'agence sud-coréenne Yonhap, qui cite une source gouvernementale, il pourrait s'agir d'un canon à longue portée en développement depuis plusieurs années.

Pyongyang a annoncé, en avril, suspendre ses essais nucléaires et ses tests de missiles balistiques, élément moteur de la spectaculaire détente en cours sur la péninsule. Celle-ci s'est traduite, en particulier, par trois Sommets inter-coréens et un tête-à-tête historique entre le « leader bien aimé » et le belliqueux président américain. Depuis, ce dernier n'a eu de cesse de saluer le comportement de Pyongyang.

Le département d'Etat américain a réagi en se disant "confiant" que les assurances faites par Kim Jong-un pendant son Sommet avec Donald Trump seraient tenues.

En juin, à Singapour, MM. Trump et Kim "ont pris un certain nombre d'engagements sur une dénucléarisation définitive et complètement vérifiée et sur la création d'un avenir plus brillant pour la Corée du Nord", a dit un porte-parole.

"Nous parlons avec les Nord-Coréens de l'application de tous ces engagements", a-t-il déclaré. "Nous restons confiants sur le fait que les promesses (...) seront tenues".

A Singapour, Kim Jong-un avait réitéré un engagement nord-coréen vague en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", dont les modalités et le calendrier avaient été repoussés à des négociations de suivi qui patinent depuis.

Washington exige la dénucléarisation du Nord avant toute levée des sanctions tandis que Pyongyang a condamné les "méthodes de gangster" des Américains accusés d'exiger son désarmement unilatéral sans faire de concession.

La reprise des tests nord-coréens jetterait des doutes sérieux sur le processus de négociations.

Les analystes ont, cependant, exclu la possibilité que le Nord ait rompu sa promesse de suspendre essais balistiques et nucléaires pendant les négociations avec Washington.

Les systèmes de détection de la Corée du Sud n'ont rien décelé de tel.

Yonhap évoque une nouvelle arme d'artillerie à longue portée développée sous le règne du père et prédécesseur de M. Kim, Kim Jong-il. "Nous ne voyons pas cela comme une provocation militaire d'importance", a dit la source gouvernementale à l'agence.

KCNA n'a publié qu'une seule photographie pour accompagner sa dépêche. On y voit des hommes en uniforme en train de prendre des notes en écoutant leur « leader bien aimé » (notre photo).

M. Kim a exprimé sa "grande satisfaction" et jugé que le test constituait "un tournant décisif dans le renforcement de la puissance de combat de nos forces armées", selon KCNA.

Cette arme "ultramoderne" et son "grand succès, sont une nouvelle démonstration frappante de la validité de la politique du parti qui accorde la priorité aux sciences et technologies de défense et à ses capacités de défense en développement rapide".

Shin Beom-chul, analyste à l'Institut Asan d'études politiques, juge que Pyongyang veut "envoyer un message politique" à Washington vu l'impasse actuelle.

"En général, les tests de nouvelles armes haute technologie sont menés en secret. Le Nord a fait une annonce publique pour montrer sa frustration".

Les tensions sur la péninsule avaient atteint des sommets en 2017, une année rythmée par les essais nucléaires et les tirs de missiles nord-coréens, dont certains capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis. En toile de fond, MM. Trump et Kim échangeaient menaces apocalyptiques et injures.

Puis, le dirigeant nord-coréen annonçait que son arsenal nucléaire, dont le Nord dit avoir besoin pour se protéger contre une invasion américaine, était au complet. Et les Jeux Olympiques d'hiver organisés en Corée du Sud donnèrent le départ du rapprochement diplomatique.

Donald Trump a dit espérer une deuxième rencontre avec Kim Jong-un au début de l'année prochaine.

Pour le professeur Yang Moo-jin, de l'Université des études nord-coréennes à Séoul, le nouvel essai est "un signal envoyé" par la Corée du Nord "aux Etats-Unis avant des discussions de haut niveau pour l'avertir que sa patience à elle aussi commence à s'épuiser".

Alors que sa réélection dans deux ans n'est plus assurée après les élections à mi-mandat, Donald Trump risque d'être encore plus vulnérable avec le dossier nord-coréen où on attend en retour du geste de bonne volonté de Pyongyang, des investissements massifs qui permettraient à l'économie de ce pays de se relancer.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires