Vous êtes ici

COREE DU NORD/ETATS-UNIS : Le « leader bien aimé » Kim Jong-un ( impose ) de nouvelles discussions après l'échec du Sommet de Hanoi.

Le très jeune leader nord-coréen malmène, littéralement, Donald Trump. Alors qu'il croyait avoir la maîtrise sur les négociations avec son jeune interlocuteur, il s'est vu obligé d'écourter le Sommet de Hanoï, après s'être, tardivement, rendu compte que le « leader bien aimé » est peut-être tout jeune au point qu'il aurait pu être son fils, peut-être dictateur au sens où il dirige son pays au gré de ses humeurs, mais, qu'il était très très loin d'être manipulable. Avant le Sommet, Trump, jamais à court d'amabilités et de qualificatifs élogieux à l'endroit du numéro un nord-coréen, avait presque donné des indications sur le résultat qui était attendu. Puis, patatras, il a avalé sa langue en se bornant à dire qu'il était prématuré de signer un accord, mais, qu'il n'y aurait plus d'essai nucléaire et que les discussions allaient se poursuivre, à la demande de Pyongyang. Très mince consolation pour l'inclassable chef de la Maison Blanche dont la position en politique intérieure est au plus mal.

Chacun a cherché à imputer à l'autre la responsabilité de l'échec du Sommet.

Donald Trump a affirmé que Pyongyang avait exigé la levée de toutes les sanctions qui lui sont imposées du fait de ses programmes nucléaire et balistique interdits.

La Corée Nord a, immédiatement, démenti en indiquant qu'elle n'avait demandé qu'une levée "partielle" de ces restrictions. Et, fait rarissime, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, a convoqué une poignée de journalistes pour livrer sa version.

En échange d'un allègement des mesures qui l'étranglent, a dit le chef de la diplomatie nord-coréenne, Pyongyang propose de "démanteler complètement toutes ses infrastructures de production nucléaire" dans son complexe de Yongbyon. Il n'y aura pas de meilleure offre, a-t-il prévenu.

De son côté, la Chine -- alliée de Pyongyang -- a appelé, vendredi, 1er mars, à discuter à l'ONU de la levée partielle des sanctions économiques frappant la Corée du Nord.

Le désaccord n'a pas empêché l'agence officielle nord-coréenne KCNA de souligner que Donald Trump et Kim Jong Un avaient eu des "échanges très constructifs et francs".

De retour à Washington, le président américain a martelé vendredi que ses relations avec le leader nord-coréen restaient "très bonnes".

"Nous avons eu de véritables négociations sur le fond avec Kim Jong-un : nous savons ce qu'ils veulent et ils savent ce que nous devons avoir", a-t-il souligné dans un tweet.

Les relations entre les deux pays ennemis pendant la guerre de Corée (1950-53), un conflit qui se poursuit en théorie faute de traité de paix, sont "caractérisées par la défiance et l'antagonisme" depuis des décennies, a dit l'agence. Inévitablement, il y aura "des difficultés et des épreuves" pour établir des relations nouvelles.

Le Sommet de Hanoï fut une "réussite", affirme, cependant, KCNA, ajoutant que l'homme fort de Pongyang a proposé à Donald Trump une nouvelle rencontre.

Le président américain a, également, espéré revoir, rapidement, le dirigeant nord-coréen, sans autre précision.

Il "faut parfois quitter" les négociations, a lancé Donald Trump, expliquant qu'il pouvait obtenir mieux. "Je préfère le faire bien que le faire rapidement".

Le sommet de Hanoï a déçu toutes les attentes après le premier rendez-vous de Singapour en juin. Les deux dirigeants passés en quelques mois des insultes personnelles aux éloges de la part de Donald Trump n'avaient alors signé qu'une vague déclaration sur la "dénucléarisation de la péninsule coréenne".

D'après de hauts responsables américains, les Nord-Coréens avaient exigé dans les jours précédant Hanoï la levée de facto de toutes les sanctions économiques imposées par le Conseil de sécurité de l'ONU depuis mars 2016.

Avant cette date, les résolutions concernaient essentiellement l'interdiction des transferts de technologie. Les sanctions les plus récentes portent en revanche sur des secteurs économiques beaucoup plus rentables, dont les exportations nord-coréennes de charbon et de minerai de fer, les produits de la mer et le textile.

"C'était en fait toutes les sanctions sauf les armements", a dit un haut responsable du département d'Etat américain. "Cela revient à plusieurs milliards de dollars".

En échange, a-t-il dit, ils proposaient uniquement de fermer une "partie du complexe" de Yongbyon, un site gigantesque qui comprend de multiples infrastructures.

Le Nord disposerait, en outre, d'autres centres de production d'uranium enrichi.

Le dialogue se poursuit néanmoins.

"Les Etats-Unis ont hâte de revenir à la table pour poursuivre cette conversation qui conduira au bout du compte à la paix et à la stabilité", a déclaré le secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, en visite à Manille.

Le président sud-coréen, Moon Jae-in, cheville ouvrière du rapprochement entre Washington et Pyongyang, a, également, voulu voir le bon côté des choses. La réunion a permis des "progrès significatifs", Donald Trump et Kim Jong-un renforçant leur "confiance" et "compréhension mutuelle".

Si le président américain a quitté le Vietnam tout de suite après le Sommet, Kim Jong-un y a entamé une visite officielle, jusqu'à samedi,2 mars, la première depuis celle de son grand-père Kim Il Sung en 1964.

Commentaires

Kelmuch (non vérifié)
Discount Nexium [url=http://euhomme.com]generic 5mg cialis best price[/url] Cialis Generico Controindicazioni Online.Vigara.No Drug Stores That Carry Esomeprazole
Kelmuch (non vérifié)
Discount Nexium [url=http://euhomme.com]generic 5mg cialis best price[/url] Cialis Generico Controindicazioni Online.Vigara.No Drug Stores That Carry Esomeprazole

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.