CORONAVIRUS : Le Nobel rdcongolais Denis Mukwege ne dit pas ce que racontent les réseaux sociaux

Prix Nobel de la Paix 2018, le docteur rdcongolais, Denis Mukwege, se retrouve au cœur d'une polémique sur les réseaux sociaux, après sa démission, le 10 juin, de ses fonctions au sein des équipes qui luttent contre le coronavirus en République démocratique du Congo (RDC). Prenant le relais de son service de communication qui a dénoncé les fake news, qui circulent, lui-même s'est fendu d'un tweet pour expliquer ce qui ne tourne pas rond, avec ses propres mots.

« Urgent RDC - Le Dr Dénis Mukwege vient de démissionner dans l'équipe de la riposte Covid - 19. Il déclare : je ne peux en aucun cas salir mon Prix Nobel de la paix pour de l'argent, nous avions eu l'ordre de déclarer toute maladie étant coronavirus et tout décès. De même, la chose qui me déplaisait, toujours après plus de 100 échantillons, aucun n'est sorti positif. J'ai une carrière à protéger et je suis Congolais du sang. Devenir riche par mensonge est un péché devant Dieu, je démissionne ». "Fake New", c'est le qualificatif qu'utilise Maud Salomé Ekila, directrice de la communication du célèbre médecin, pour qualifier cette information.

Face à la propagation de ces fausses déclarations, le médecin s’est, lui-même, fendu d’un tweet, le 15 juin, pour orienter vers les sources fiables, notamment, le site de la Fondation Panzi qu’il dirige.  

Voici les véritables raisons qui l’ont convaincu de démissionner.

"Nous sommes (...) au début d’une courbe exponentielle épidémiologique et nous ne pouvons plus appliquer une stratégie qui serait uniquement préventive".

"J’ai donc décidé de démissionner (...) afin de me consacrer entièrement à mes responsabilités médicales et de soigner cet afflux de malades à l'hôpital de Panzi" qu'il a fondé, à Bukavu, la capitale du Sud-Kivu.

Le Dr Mukwege dénonce, également, des "faiblesses organisationnelles et de cohérence entre les différentes équipes responsables des ripostes à la pandémie dans le Sud-Kivu".

Il déplore encore l'absence de tests disponibles dans la province et le non-respect des mesures de prévention. Il faut "plus de deux semaines pour recevoir les résultats des prélèvements envoyés à (...) Kinshasa", ce qui représente "un handicap majeur pour notre stratégie basée sur tester, identifier, isoler et traiter", souligne-t-il dans le communiqué.

Il a, aussi, pointé une série de problèmes qui "ont diminué l’efficacité de notre stratégie" : "un relâchement des mesures de prévention par notre population, un déni des réalités, l’impossibilité de faire respecter les mesures barrières, la porosité de nos frontières avec le retour massif de milliers de compatriotes venant de pays voisins sans avoir été mis en quarantaine". 

La RDC a, officiellement, déclaré, au 18 juin, 5.283 contaminations au nouveau coronavirus, pour un total de 117 décès et 685 rétablis, selon l’équipe de riposte chapeautée par le co-découvreur du virus Ebola, le docteur Muyembe.

Les plus populaires