CORONAVIRUS : Pour Obama, la gestion de la crise par Trump est un "désastre chaotique absolu"

L'ancien président des Etats-Unis, Barack Obama, a jugé que la gestion de la pandémie de son successeur, Donald Trump, était un "désastre chaotique absolu". Il n'y a pas qu'Afrique Education qui trouve que la survenue de ce monsieur à la Maison Blanche a été (et reste) une catastrophe pour l'Amérique et le monde entier. Contrairement aux usages, voilà son successeur, Barack Obama, qui se met, lui aussi, à le critiquer à ciel ouvert. Sans porter des gants. Parce qu'il ne peut plus se taire : trop c'est trop.
Obama a raison de se mettre hors de lui : Son Obama Care a été supprimé par Trump juste pour des raisons de méchanceté politique alors que ce dispositif aurait pu (très bien) atténuer la mortalité COVID-19. Selon le décompte du samedi, 9 mai, effectué par Johns Hopkins, l'Amérique totalise 78.746 morts COVID-19. Avec l'Obama Care, on en serait très très loin (en moins). D'où la colère (justifiée) du premier président africain-américain de l'histoire des Etats-Unis.

Une "catastrophe totalement chaotique". Barack Obama n'a pas mâché ses mots pour commenter la façon dont Donald Trump a géré la pandémie du COVID-19. Il s'exprimait lors d'une conversation avec d'anciens membres de son administration, selon un enregistrement obtenu par Yahoo News.

Cette critique cinglante, la plus explicite à ce jour de sa part, l'ex-président démocrate l'a faite vendredi, 8 mai, lors d'une conversation téléphonique d'une demi-heure avec d'anciens collaborateurs de son gouvernement.

Barack Obama y invoque, notamment, la réponse à la crise sanitaire pour justifier la nécessité de choisir de bons dirigeants et appeler ses ex-conseillers à s'investir dans la campagne de Joe Biden, son ancien vice-président et candidat démocrate à la présidentielle de novembre face à Donald Trump.

"L'élection qui arrive, à tous les niveaux, est tellement importante car nous n'affronterons pas seulement un individu ou un parti politique", a-t-il dit, selon ses propos rapportés par plusieurs médias. Il estime que le véritable adversaire, ce sont des "tendances de long-terme" comme "être tribal, être divisés, voir les autres comme des ennemis", qui risquent de caractériser "la vie américaine".

Encore très populaire chez les démocrates, Barack Obama avait déjà laissé entendre que le milliardaire républicain avait "rejeté les avertissements" sur les risques de pandémie.

Donald Trump est accusé par ses détracteurs d'avoir d'abord minimisé la menace, puis, d'avoir donné des consignes contradictoires et confuses, entre les appels à la prudence et la hâte de voir l'économie redémarrer.

Finalement, on ne savait plus quoi faire. Cet amateurisme politique a été ajouté au fait que Trump avait au préalable enlevé le seul dispositif (Obama Care) qui permettait aux Américains moins nantis d'aller se faire soigner à l'hôpital à moindre frais. Résultat : 78.746 morts au samedi 9 mai 2020.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires