Vous êtes ici

COTE D'IVOIRE : Le grand retour de l'ivoirité ?

Le gouvernement ivoirien a condamné, samedi, 8 juin, dans un communiqué, des "propos d'une extrême gravité, appelant à la haine de l'étranger", tenus par l'ex-président, Henri Konan Bédié, trois jours plus tôt.

"Actuellement on fait en sorte que l'Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n'accepteront jamais cela", a déclaré l'ex-président (1993-1999), selon le communiqué gouvernemental, qui reprend une vidéo de M. Bédié diffusée sur le site internet de son parti, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire - Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA).

Henri Konan Bédié (notre photo) y incrimine "des étrangers armés" présents en Côte d'Ivoire. "Le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d'Ivoire sous le couvert d'orpaillage", déclare-t-il.

Le président Bédié évoque, aussi, "d'autres (étrangers) qu'on fait venir clandestinement" et à qui "on fait faire des papiers", possiblement, pour "fausser les élections de 2020" (le prochain scrutin présidentiel).

"Ces propos, d'une extrême gravité, appelant à la haine de l'étranger, sont de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l'unité nationale et la stabilité du pays", dénonce le gouvernement dans son communiqué signé de son porte-parole, le ministre de la Communication Sidi Touré.

"Cette déclaration (de M. Bédié) intervient à un moment où plusieurs localités du pays sont secouées par des violences inter-communautaires qui se sont soldées par des morts, des blessés", ajoute le gouvernement.

Des violences ont éclaté, jeudi, 6 juin, dans le Centre de la Côte d'Ivoire après l'assassinat d'un chef traditionnel, moins d'un mois après des violences inter-communautaires qui ont ravagé la ville de Beoumi (Centre), se soldant par 14 morts et une centaine de blessés.

"Le gouvernement tient à rappeler que l'instrumentalisation de la haine de l'étranger par le président, Henri Konan Bédié, et les dérives qui en ont résulté ont été à la base des différentes crises que notre pays a connues depuis le décès du président, Félix Houphouët-Boigny, en décembre 1993", selon le communiqué.

En Côte d'Ivoire, pays dont une partie importante des 25 millions d'habitants est issue de l'immigration, la question de la nationalité est, extrêmement, sensible depuis une vingtaine d'années, notamment, lorsqu'était apparu le mot '"Ivoirité".

Le président Bédié, en ce qui le concerne, a, toujours, dit que ce mot avait été sorti de son concept et que l'ivoirité dont il faisait état était une notion, essentiellement, culturelle et non politique. Mais, les politiciens pour des enjeux divers, avaient préféré le politiser pour le mettre en difficulté, alors qu'au fond, sur le plan culturel, l'ivoirité est, plutôt, un bon concept pour marquer l'affirmation des citoyens à un pays et à ses valeurs. Les choses vues sous cet angle, on parlerait, aussi, de francité (pour la France), de camerounité (pour le Cameroun), de gabonité (pour le Gabon), de congolité (pour le Congo), etc. Rien de condamnable, pense-t-on dans l'entourage du président Bédié, sauf si on lui cherche les poux dans la tête.

Le fond du problème semble ailleurs : allié jusqu'à l'an dernier du parti au pouvoir du président, Alassane Ouattara, le PDCI est, depuis, entré en lutte ouverte avec lui, dans la perspective de l'élection présidentielle d'octobre 2020 qui s'annonce déjà tendue.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.