COTE D'IVOIRE : Le RDR aura-t-il son candidat au premier tour de la présidentielle de 2020 ?

Adama Bictogo a la mentalité d'un communiste de l'ex-Union soviétique : il ne sait pas abdiquer. Tant qu'il n'a pas obtenu ce qu'il veut, pas question de baisser les bras. Après son faux pas au gouvernement, ces ennemis (au sein du RDR) avaient pensé que sa carrière politique était terminée. Sauf lui qui sait d'où il vient. Quand il entretenait l'avenir d'Alassane Ouattara dans l'entourage de Feu le général Robert Gueï, début 2000, tous ceux qu'on voit aujourd'hui s'agiter, étaient, pratiquement, invisibles. Ce n'est que justice qu'il soit le président du Comité d'organisation du 3e Congrès du RDR, une Assise stratégique pour l'avenir du parti présidentiel. Il aura son mot à dire, lui qui a toujours roulé pour Alassane Ouattara.

Cela dit, le dindon de la farce dans cette histoire d'union, d'unité, de communion, au sein du RHDP, c'est le PDCI-RDA. Certains militants du parti soixantenaire pensent que leur bien-aimé président, Henri Konan Bédié, a été, complètement, endormi. Par quel somnifère ? Bictogo (dernier sur notre photo le poing levé) ayant les méthodes des anciens pays de l'Est, ne les a-t-il pas utilisées ?

En Côte d'Ivoire, personne ne fait plus mystère de la candidature du RDR à la présidentielle de 2020. Au sein de ce parti même, la tendance Soro se marginalise, après avoir vu que le président de la République cherchait à positionner d'autres personnes que le président de l'Assemblée nationale. Du coup, le refroidissement des relations dont afriqueeducation.com a fait état, il y a quelques jours, entre Soro et Ouattara, n'est plus un secret pour qui que ce soit. Avec l'arrestation prochaine de Soul to Soul (Kagamaté Souleymane), le chef de protocole de Soro pour affaire de cache d'armes de guerre, la rupture sera, définitivement, consommée entre les deux hommes.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires