COTE D'IVOIRE : Ouattara (le bourreau) vient encore de frapper : 20 ans de prison ferme à Charles Blé Goudé. Qui dit mieux ?

Acquitté en janvier dernier par la Cour pénale internationale (CPI), l'ancien chef des Jeunes patriotes ivoiriens Charles Blé Goudé a été condamné dans son pays.

Selon l'ancien bras droit de Laurent Gbagbo, joint par téléphone à La Haye où il est en liberté conditionnelle depuis son acquittement par la CPI, la Côte d'Ivoire l'a également condamné par contumace à "10 ans de privation de ses droits civiques et 200 millions de F CFA" (300 000 euros) de dommages et intérêts à verser aux victimes. Le tribunal a, en outre, délivré un mandat d'arrêt contre lui, affirme-t-il.

Charles Blé Goudé s'est dit "surpris par ce verdict", prononcé sans la présence d'un avocat. Il était accusé par la justice ivoirienne d'"actes de torture, homicides volontaires et viol", avaient indiqué ses avocats le 18 décembre, jour où son procès devait s'ouvrir.

La question est, désormais, sur certaines lèvres : A l'allure où il va, Alassane Ouattara veut-il mettre, à nouveau, le feu en Côte d'Ivoire avant de « replier au Burkina Faso », son pays natal ? Car à l'appui de cette thèse soutenue par certains Ivoiriens, un Ivoirien ne se serait jamais comporté de la sorte.
Même pas honte ! Candidat à sa succession pour un troisième mandat, ce qu'il évite pour le moment de dire tout haut, Alassane Ouattara a entrepris de faire le ménage au sein de l'opposition où après avoir éliminé de la course présidentielle, Guillaume Soro, c'est au tour, maintenant, de Charles Blé Goudé, un autre empêcheur de tourner en rond, de subir sa foudre. En effet, le tribunal criminel d'Abidjan a condamné, lundi, 30 décembre, l'ancien bras droit de Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle aux Pays-Bas, à 20 ans de prison, 10 ans de privation de ses droits civiques et 300 000 euros de dommages et intérêts. D'où notre question : Ouattara veut-il aller à l'élection présidentielle d'octobre 2020 sans adversaires crédibles ?

Il faut rappeler que pendant très longtemps, Alassane Ouattara n'était pas autorisé à se présenter à l'élection présidentielle de Côte d'Ivoire juste parce qu'il n'est pas Un Ivoirien de naissance. Sa candidature a été imposée par certains pays occidentaux dont la France. Voici ce que l'ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, a dit à propos de cette situation qu'il avait eu à gérer en tant que médiateur de la crise ivoirienne. Le comportement de Ouattara le révolte, aujourd'hui, après avoir poussé, contraint (même), le président, Laurent Gbagbo, à accepter sa candidature, au nom de la paix :

« Alassane Ouattara est un homme qui n'a ni foi en l'honneur ni parole d'honneur. Je serai toujours surpris de la distance qu'il est prêt à parcourir dans le seul but de contenter ceux qu'il y a seulement 50 ans mettaient son peuple dans les chaînes de l'oppression. Je me sens un peu responsable de la situation ivoirienne dans la mesure où c'est moi qui ai persuadé le président Gbagbo de permettre à Ouattara d'être candidat. Je n'ai pas assez de mots pour vous dire le dégoût que m'inspire cet homme. Heureusement que la vie des hommes n'est qu'une petite étoile filante dans l'histoire du monde. La Côte d'Ivoire se retrouvera un jour », Signé Thabo Mbeki.

L'un des avocats de Charles Blé Goudé, Me Suy Bi Gohoré, a affirmé que le président du tribunal criminel d'Abidjan avait "retiré l'affaire du rôle" dans l'attente de l'examen d'un pourvoi en cassation formulé par lui, fondé sur l'absence de l'accusé et sur d'autres vices de forme dans la procédure.

Ses avocats avaient, également, dénoncé une "violation flagrante" des droits de M. Blé Goudé, du fait de son impossibilité à assister à son procès. L'ancien chef des Jeunes patriotes ivoiriens a été transféré par les autorités ivoiriennes à la CPI en 2014 par Alassane Ouattara. Avec son ancien mentor, l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, il a été jugé pour crimes contre l'humanité. Tous deux ont été acquittés début 2019 et placés en liberté conditionnelle dans l'attente de l'examen de l'appel formulé par la procureure (très partiale) de la CPI, la Gambienne, Fatou Bensouda. M. Blé Goudé ne peut pas rentrer en Côte d'Ivoire tant que la procédure n'est pas terminée.

Alassane Ouattara croit-il que c'est de cette manière qu'il obtiendra son troisième mandat ? Est-il conscient de poser de très fâcheuses actions qui, forcément, risquent de mettre la Côte d'Ivoire à feu et à sang ?

Après avoir financé le coup d'état contre le président, Henri Konan Bédié, en décembre 1999, et assuré la partition de la Côte d'Ivoire en septembre 2002 après avoir raté de faire un autre coup d'état à Gbagbo, Ouattara avec sa nationalité ivoirienne (douteuse) est, résolument, en train de mettre le pays d'Houphouët-Boigny en danger.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires