COTE D'IVOIRE : Oubliés par Ouattara, les « rebelles démobilisés » ont bloqué Bouaké hier

Ils étaient une petite centaine, ce dimanche, 9 juillet, matin, à bloquer l'entrée Nord de Bouaké (notre photo), la deuxième ville de Côte d'Ivoire, et épicentre de la crise que le pays a connue ces dernières années. Quand ils avaient été reçus, au nom de l'Etat, par Hamed Bakayoko, le ministre de l'Intérieur, il y quelques semaines, promesse leur avait été donnée que le gouvernement s'en préoccupait. A l'époque, une mission conduite par le premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, se préparait à rencontrer des financiers internationaux dans des villes comme Paris, Berlin, Londres, New York, etc. Le prêt a, finalement, été obtenu, près de 2 milliards de dollars, et c'est, de façon logique et légitime, que les 6.000 démobilisés se font rappeler au meilleur souvenir d'Alassane Ouattara, en bloquant la ville par des actions qui font parler d'eux. Avec ou sans les armes.

La police a, finalement, dégagé les barrières qu'ils avaient installées en utilisant des gaz lacrymogènes, en milieu de matinée de dimanche, mais, le mal était, déjà, fait. Et l'image d'Alassane Ouattara, l'homme qui ne sait pas respecter ses engagements a, encore, pris un sérieux coup.

"Il faut qu'on nous donne nos 18 millions de F CFA (27.000 euros), c'est pour ça que nous avons bloqué le corridor Nord (entrée Nord de la ville) ce matin", a expliqué un représentant des ex-rebelles démobilisés, Aboudou Diakité, vice-président de la "cellule 39". "Nous allons continuer si on ne nous donne pas notre argent" a-t-il averti.

Les Jeux de la Francophonie qui regrouperont plus de 4.000 athlètes commenceront le 21 juillet, à Abidjan, pour une petite dizaine de jours. Alassane Ouattara retient son souffle pour deux choses : les pluies qui, si elles tombent, massivement, rendront la circulation impraticable dans la ville d'Abidjan, et donneront une mauvaise image de son action que les bailleurs de fonds saluent sans regarder de près de quoi celle-ci retourne ; d'autre part, les fameux démobilisés qui veulent avoir leur part du gâteau, Alassane, au pouvoir, depuis sept ans, y étant, pour trois ans, seulement, encore.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires